Les histoires d’actes macabres se succèdent, mais ne se ressemblent pas. Celle que nous allons vous raconter ce week-end remonte à la nuit du 26 au 27 avril 2011 où l’appétit sexuel d’un jeune nigérian de 25 ans l’a conduit à commettre l’irréparable dans un quartier chaud de Lomé.

Togo, Lomé, Acte macabre, 1000 FCFA, client, prostituée, fille de joie
Illustration

Le contexte



Le nommé Bachirou, né en 1986, de nationalité nigériane, est revendeur demeurant à Lomé. Dans la nuit du 26 au 27 avril 2011, le sieur s’est rendu dans la maison d’une fille de joie de nationalité ghanéenne, en poste dans un quartier de Lomé, pour assouvir son désir sexuel.

Ayant négocié le prix à 1000 frs CFA, il entreprit l’acte sexuel qui fut de façon inattendue interrompu par la travailleuse de sexe.

Estimant qu’il n’était pas allé au bout de son désir, Bachirou tenta de reprendre l’acte sexuel par la force.

Ne voulant pas se soumettre, sa partenaire de fortune se saisit d’un couteau de cuisine pour se défendre.

Bachirou arracha alors ce couteau avec lequel il donna plusieurs coups à la jeune dame à plusieurs endroits du corps.

Il a fini par lui planter le couteau en plein abdomen et elle s’effondra.

Tentative de fuite

Réveillés par les cris de détresse de la victime, les voisins accoururent et surprirent Bachirou en train de se rhabiller.

Il tenta de s’échapper en escaladant les clôtures des maisons voisines, mais il fut maitrisé et remis à la police.

L’enquête

A l’enquête préliminaire et devant les juges d’instruction, l’inculpé a nié les faits, prétendant que c’est la victime elle-même qui s’était mortellement blessée en manipulant le couteau.

Il a déclaré n’avoir rien fait et qu’il l’a simplement repoussée face aux agressions de cette dernière.

Mais ses propos ne peuvent toutefois occulter les éléments accablants du dossier, notamment, les blessures profondes que portait la victime au cou et à l’abdomen et qui montrent clairement que c’est l’inculpé qui a fait usage du couteau pour blesser mortellement sa partenaire occasionnelle.

Enquête sur la personnalité de l’inculpé

Les renseignements recueillis sont toutefois favorables à l’inculpé. Marié et père de deux enfants, il est décrit comme un homme respectueux et calme, ne faisant pas de mauvaise compagnie.

Il ne consomme pas de boissons alcoolisées et ne fume non plus du tabac.

Jugement à la Cour d’assises, session de mars 2016

Devant la Cour d’Assises, session de mars 2016, l’inculpé a été reconnu coupable pour crime d’homicide volontaire et prévu et puni par l’article 165 du nouveau code pénal, il a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle.

Leçon :

Nous ne le dirons jamais assez, la violence n’a jamais résolu les problèmes.

Mais l’autre question à se poser est ‘Comment il en est arrivé là ?’, un père de 2 enfants, marié, qui pour sa libido et à cause de 1 000 frs CFA, est condamné à cette lourde peine.

Et sa compagne de fortune, victime, malgré elle. Une perte pour toute une nation.

A la prochaine.