Togo/Lutte contre la corruption : le RAC se met au contrôle citoyen de l’action publique

La lutte contre la corruption ne saurait pas, seulement, être le combat des gouvernants. L’implication des citoyens et des acteurs de la société civile est nécessaire pour en venir à bout.

Une quarantaine d’acteurs de société civile et des professionnels des médias public et privé regroupés au sein du Réseau anti-corruption (RAC-Togo) participent, depuis ce lundi 18 février, à une formation sur les outils de contrôle citoyen de l’action publique (CCAP) ; et ce, en conformité avec le cas spécifique du Togo.

Le projet est soutenu par la délégation de l’Union européenne au Togo et vise à créer un cadre d’information et d’échange pour renforcer la capacité des acteurs sur le sujet.

A terme, il s’agit de les amener à une intégration efficiente dans l’action gouvernementale de lutte contre la corruption au Togo.

«  Il s’agit de mettre à jour des connaissances que nous avons de façon disparate dans un ordre donné pour voir en quel sens notre réseau peut contribuer à ce que nous appelons une forme de gouvernance partagée entre l’État, la société civile et d’autres entités », a souligné Simone Dakitche, Secrétaire générale du comité d’administration du RAC-Togo.

Il est à noter que le Réseau Anti-Corruption (Rac-Togo) a été créé en 2015. Il a pour objectif principal d’aider le gouvernement à venir à bout de la corruption.

Plus d'articles
Victime de racisme, une étudiante indienne sauvée par une camarade noire qui s’en est prise violemment à son agresseur (vidéo)