La drépanocytose est une maladie génétique très répandue en Afrique. Depuis juillet 2005, elle a été reconnue successivement comme priorité de santé publique par l’Union africaine (UA), l’UNESCO et l’Organisation Mondiale de la Santo (OMS) ; pourtant, elle reste malheureusement l’une des maladies les plus méconnues, à la fois des gouvernements, du grand public, mais aussi des professionnels de santé. Au Togo, 16% de la population sont atteints par cette maladie et chaque année, environ 6.000 nouvelles naissances sont affectées par la drépanocytose avec à la clé, beaucoup de décès.

Lire aussi : CAN 2019 : voici le calendrier complet des matches



Photo de famille des participants

Un chiffre alarmant qui interpelle plus d’un. La Jeune Chambre Internationale Lomé – Prestige (JCI-LP) n’étant pas du reste vient de lancer le projet « Sauvons des vies ».

Le projet se veut un programme de trois (3) ans sur la drépanocytose et couplé avec le don de sang. La JCI-LP entend par-là contribuer à réduire le taux de la drépanocytose au Togo de 16 à 5% dans les dix (10) prochaines années.

Ce programme, selon les organisateurs, s’inscrit dans le cadre du plan stratégique 2016-2020 du Programme National de Lutte contre les Maladies Non-transmissibles Togo (PNLMNT-Togo).

Plusieurs stratégies vont concourir à la réussite de ce programme. Il s’agit entre autres de la stratégie de sensibilisation qui consiste à rejoindre la population cible par l’organisation des sensibilisations et campagnes de dépistage, des conférences et débats dans les écoles, les villages, les centres communautaires, les centres existants de prise en charge.

Lire aussi : Football : libération de Michel Platini ; ses premiers mots à la sortie de garde à vue

Madame Kifayath Morou

« C’est un projet qui a pour objectif de faire la lumière sur la drépanocytose afin d’aller vers un Togo sans drépanocytose. Nous savons que la drépanocytose est une maladie qui sévit dans presque toutes les familles, mais qui est peu connue du public. La JCI-LP se veut donc de sensibiliser sur la maladie pour que cela soit réduite dans le pays », a confié Madame Kifayath Morou, présidente locale de la JCI – Lomé Prestige.

M. Florenc Guede

« Le plus grand problème en ce qui concerne cette maladie, c’est le manque d’informations et il est question de pouvoir sensibiliser la population pour que ces dernières soient au parfum des comportements sains qu’il faut adopter pour vivre aussi longtemps et convenablement avec la maladie », a renchéri M. Florenc Guede, président national de la JCI Togo.

Lire aussi : Togo : appel à candidatures pour un programme de l’ambassade des Etats-Unis

Notons qu’au Togo, on dispose de centres de recherche, d’accueil et de prise en charge des patients drépanocytaires.

Rappelons que la Jeune Chambre Internationale (JCI) est une organisation de jeunes, fondée en 1944, réunissant des citoyens âgés entre 18 et 40 ans et ayant son siège aux Etats-Unis dans l’Est du Missouri. Elle est présente dans 123 pays et dans plus de 6 000 villes du monde entier.