Togo : multiplication des dépotoirs dans les rues, la population se prononce

Lomé regroupe environ 25 % de la population du Togo, selon les sources officielles. Et alors même que la production de déchets augmente, à en croire les observateurs, les pratiques en matière de gestion des déchets ménagers sont fort déplorables. De ce fait, on remarque la prolifération de dépotoirs sauvages malgré les différentes actions des municipalités pour endiguer le fléau.

Il suffit de faire un tour dans la capitale pour se rendre compte du mal. Et le comble, il ne cesse d’empirer jour après jour. En effet, Lomé, jadis la belle de toutes, gît dans une insalubrité sans nom. A presque chaque coin de rue, parfois même en bordure des grandes artères ou non loin de carrefours de référence, on peut voir des amoncellements de déchets de toute sorte.

Pire, certains quartiers entiers affichent un visage souillé et pollué. Ce qui empire lors des périodes de grandes pluies à cause des odeurs nauséabondes. Or, la gérance des déchets urbains est l’une des préoccupations environnementales les plus importantes pour tout pays en développement.

Delphin, étudiant habitant un quartier de la capitale qui souffre du mal, déplore la situation. « Dans mon quartier, ici, c’est quelque chose que vous ne pouvez pas comprendre. Les gens s’arrangent pour salir eux-mêmes leur devanture en y jetant de tout. De leurs ordures ménagères à leurs eaux usées. Et on ne peut même pas les raisonner », confie-t-il.

Cela dit, il n’a pas manqué de soulever les efforts des acteurs de la scène publique qui essaient d’endiguer le phénomène. « En tout cas, bravo à la Mairie et aux ONG qui ne se ménagent pas pour nous aider », a-t-il ajouté.

Pour Peter, conducteur de taxi-moto « les dépotoirs, moi j’en rencontre partout. On fait avec tout simplement. C’est à l’Etat de s’en occuper. Parfois, les gens mettent aussi les ordures sur les routes pour essayer de boucher les trous et éliminer les nids de poule », nous a-t-il lancé.

La question de l’environnement de nos jours est intimement liée au développement de tout pays. Car la santé est un levier incontournable pour l’épanouissement. Et de surcroit, face aux difficultés liées au Covid-19, de nouvelles mesures rigoureuses méritent d’être prises afin de pallier au plus vite cette incongruité.

Plus d'articles
Covid-19 : l’Amérique du Sud dépasse la barre de 1 million de cas