Deux (2) églises réveillées de la ville de Lomé et de sa banlieue nord pourraient prochainement être fermées par la Direction des cultes.

Togo 6 nouvelles églises fermées par la police des cultes ce mois de juin à LoméLire aussi : Ballon d’or : France Football mis devant ses responsabilités pour le cas Sadio Mané



En effet, depuis quelques mois, le département dirigé par le chef d’Escadron Bédiani Belei assainit le secteur des églises réveillées au Togo marqué par des actes de nuisance sonore, d’escroquerie au nom de Dieu ainsi que des prétendus miracles.

Depuis le début 2019, une dizaine d’églises ont été fermées à Lomé après des plaintes déposées par des riverains auprès de cette direction. Et ce n’est pas près de finir.

Lire aussi : [Vidéo] La mère de DJ Arafat, Tina Glamour, fait un scandale sur les lieux de l’accident de son fils

L’église de « Pleine adoption-temple de la résurrection » et l’église du « ministère évangélique Jésus le sauveur-temple Mahanam » respectivement situées dans les quartiers Légbassito et Bè-Kpota Anfamé pourraient bientôt être sous le coup des sanctions, rapporte TogoScoop ce jour.

Il serait reproché à ces deux (2) établissements de culte des nuisances sonores. Dans une note adressée aux responsables desdites églises, indique la source, le directeur des cultes, leur donnerait un délai d’un mois à  compter du 12 août, pour se conformer aux injonctions de sa direction.

Lire aussi : Elim. Coupe du Monde 2022 / Togo : Malcolm Barcola fera ses débuts avec les Eperviers

Sur plaintes des riverains et après conciliations, la direction des cultes aurait dépêché une équipe sur les lieux des cultes pour constat. Selon les rapports de ladite équipe le niveau d’intensité du bruit est élevé tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ces églises. Il varie de « 65 à 70 décibels à l’extérieur et de 80 à 90 décibels à l’intérieur, ce qui est contraire à la norme », lit-on dans le courrier de la direction des cultes, indique le site.

Un constat qui a fait dire avec regret à la Direction des cultes que ces lieux d’adoration continuent de générer du bruit au mépris des injonctions.