Dans un communiqué officiel en date du 12 février 2020, relatif à l’observation de l’élection présidentielle prochaine, le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a tenu à rappeler que « l’observation électorale concourt notamment à la transparence des élections. Elle s’inscrit dans le respect scrupuleux des dispositions en vigueur et des standards internationaux ».


Togo : ce que l’on retient de la Journée Portes Ouvertes de la CENI

À ce titre, la CENI a édicté des critères non discriminatoires, rendus public par communiqué n° 039/2019/P/ CENI du 30 novembre 2019. Sur la base, les organisations nationales sont dûment accréditées pour observer les différentes phases du processus électoral, sur l’ensemble du territoire national pour certaines d’entre elles.

En conséquence, seules les organisations effectivement accréditées sont autorisées à déployer des observateurs. Ceux-ci et les organisations dont ils relèvent sont astreints au respect strict des termes du guide et code de bonne conduite des observateurs, notamment la neutralité et l’impartialité.

Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire : les exigences de l’Église catholique

Le Président de la CENI attache du prix au respect de ces termes.