Le mois de ramadan est caractérisé par l’abstinence, la pénitence et la prière. Autour des mosquées au coucher du soleil, une animation particulière se fait observer. Qu’est-ce qui explique cette ambiance aux heures de la rupture du jeûne ? 

L’heure officielle de rupture ou l’iftar est un moment à partir duquel le repas du soir peut débuter ; l’iftar est variable en fonction de l’heure du coucher du soleil comme de la position géographique. La rupture du jeûne renferme de nombreuses dimensions et va au-delà du simple fait de recommencer par s’alimenter. 



Lire aussi: Togo : près 55.000 candidats à l’assaut du BAC I ; des mesures prises pour éviter des tricheries

« C’est sous forme d’une petite fête pour le fidèle musulman du fait qu’Allah l’a aidé, il a pu supporter la faim du matin jusqu’au soir, il est content d’avoir accompli une adoration pour son Seigneur. C’est une réjouissance, c’est pour cela, on invite tout le monde à la rupture », explique Salim Hakim Yacoub, prédicateur à la mosquée de l’université de Lomé.

En outre, la mosquée est un lieu de culte qui rassemble les musulmans. C’est aussi un lieu du partage spirituel, d’écoute et de communion ; les musulmans s’y rassemblent à la fin de la journée. C’est une occasion de s’enquérir de la situation de l’autre. « Lorsqu’on voit nos frères dans les difficultés, on peut leur apporter notre aide dans le règlement de leurs problèmes. C’est également une occasion d’adoration en groupe », ajoute Salim Hakim Yacoub. 

Au-delà du jeûne et de la rupture, c’est aussi l’occasion pour bon nombre de croyants ne fréquentant pas assidûment la mosquée de participer au Tarawih, cette prière faite tous les soirs durant le ramadan après la dernière.

Miss Togo 2019