in ,

Togo : Santrinos Raphael lève le voile sur sa présumée relation amoureuse

Mercredi, Santrinos Raphael avait troublé la toile en s’affichant avec une certaine Monica, publiant en plus un message qui ressemblait fort à une déclaration amoureuse. « Le peu de temps qu’on a passé́ ensemble m’a prouvé́ qu’on va bien s’entendre car tu as su me rassurer. ❤️ Désolé́, les règles du syndicat ne permettent pas de vous montrer son visage. Monica ? », glissait-il.

Il n’en fallait pas plus aux internautes pour donner libre cours à leurs imaginations plus ou moins saugrenues. Dans la foulée, une image Photoshop surgit sur la toile, dévoilant le prétendu vrai visage de la Monica que l’artiste avait caché avec un émoji en cœur. « La belle histoire d’amour entre Amivi et Santrinos Raphael. 8 ans de relation déjà. Allez dire à Raphael que nous disposons de l’album photo », peut-on lire dans le post.

Une information rapidement démentie par le jeune musicien : « ??‍♂️ Ce n’est pas elle ». Mais, peine perdue puisque cela n’a pas calmé les ardeurs de certains internautes. « Si je peux te faire une suggestion c’est de reprendre cette petite, l’entretenir et faire d’elle plus tard ta femme. C’est une belle petite. Si tu règles ta moitié très tôt, tu auras une très longue carrière. Il faut prendre l’exemple sur les Américains qui ne blaguent pas avec leurs amours de jeunesse. Le problème de ta moitié…. Et tu n’es pas obligé de l’afficher. C’est ton Trésor. Et tout Trésor est soigneusement caché », commente un fan.

Passablement agacé par le “donneur de leçon”, Santrinos révèle enfin l’identité de la Monica et clôt la polémique : « Mr le conseiller, c’est juste une fan avec qui j’ai pris une photo et que je ne connais même pas… Tout ce que vous voyez sur les réseaux n’est pas forcément vrai. Merci »



 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par BUZZ 2 LOME?? (@buzz2lome)




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Manger du chocolat peut rendre plus intelligent

Maroc : le prince héritier en danger ?