Ségolène Royal, femme politique française et ambassadrice d’Emmanuel Macron, chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique, est à Lomé depuis ce matin. Elle s’est rendue sur les sites de l’incubateur Nunya Lab à la Maison des jeunes à Amadahomé et de Green Industry Plast Togo à Avénou, occasion pour elle de toucher du doigt la réalité de ce qui s’y fait.

Togo : le diplomate britannique Iain Walker reçu par Faure Gnassingbé ; ce qui a été dit



Elle salue ces initiatives mises en place et qui vont dans le sens de la promotion des jeunes. Elle se dit très heureuse de ces initiatives surtout de celles qui contribuent à lutter contre la pollution de l’environnement. “C’est une excellente initiative. Il suffit en traversant les routes pour venir jusqu’ici de voir le nombre de déchets plastiques sur le bord des routes, mais c’est un fléau mondial”, a-t-elle déclaré

La lutte contre la pollution de l’environnement, une lutte qui est loin d’être gagnée, isolement, doit être menée sur le plan mondial selon elle. C’est pourquoi, elle pense qu’il faut la contourner en positif. Pour elle, “on peut créer des emplois et payer par exemple des gens qui vont rapporter un sac entier de plastiques rachetés ici. Ensuite, voir comment est-ce que les plastiques peuvent être recyclés, c’est-à-dire créer de nouvelles matières sans gaspiller justement les matières premières et sans gaspiller l’énergie. Et avec les déchets plastiques, on peut faire beaucoup de choses. On peut refaire des matières très solides, on peut l’utiliser dans les bâtiments, on peut l’utiliser en recyclage, en refabriquant de plastiques recyclés. Il y en a qui font des œuvres d’art à partir des déchets plastiques”.

Togo/Images d’amphis remplis qui circulent sur les réseaux sociaux : l’UL apporte des précisions

Que gagnera la jeunesse togolaise de cette visite ? À cette question, Ségolène Royal promet accompagner la jeunesse de diverses manières. “J’étais sollicitée pour parrainer un certain nombre d’initiatives et bien sur je vais le faire. Il y aura une suite aux projets sur lesquels je peux être utile aux jeunes pour prendre des contacts, apporter un appui à l’accompagnement, des courriers, des appels et bien évidemment, je vais répondre présent à ces sollicitations”.