Togo : shooting photo personnel, le nouveau concept en vogue

Au Togo, tout porte à croire que le phénomène de shooting photos personnel s’impose comme une pratique à la mode, voire un style de vie qui gagne considérablement du terrain. Que ce soit lors des mariages, des anniversaires, des baptêmes, les photographes sont souvent sollicités. Le simple photographe de la vieille école perd du terrain et se voit surclasser par le « shooteur ».

Ce dernier, maîtrisant les techniques et procédés en traitement d’images avec utilisation des effets spéciaux et la création des décors de rêve, devient la vedette et modernise l’univers de la photographie. Cet univers qui tombait peu à peu en désuétude renaît de ses cendres en créant une nouvelle tendance dans le monde. Le Shooteur devient le préféré et le favori des influenceurs sur les réseaux et l’ami des « anniversaireux ».

Depuis quelques temps, il ne se passe pratiquement plus d’anniversaire sans shooting photos. Des signatures comme Florent Banissa, Ebenscar, Ogjex, Dryer, Xilef, Six-Cent Treize Photography ou encore BelleVue sont souvent au cœur de ce jeu.

Pour Kheny, shooteur professionnel : « l’ampleur du shooting photo d’anniversaire provient aussi de l’effet réseaux sociaux. La plupart des gens cherchent à s’affirmer. Néanmoins d’autres le font pour se faire plaisir et cela permet d’observer leur évolution et leur changement physique. En même temps, tout cela n’a rien de négatif ».

Ce n’est pas l’avis de tout le monde. Certains ne voient pas nécessaire ni pertinent de « se faire shooter » juste pour le fun.

« On ne peut pas refuser à une personne de se voir et de s’apprécier. Juste que je ne vois pas l’intérêt de la plupart des shooting photos d’anniversaire. Cependant, j’adhère aux shooting photo qui s’inscrivent dans le cadre d’une initiative professionnelle », déclare Danielle Dabla, étudiante en communication.

L’être humain a toujours aimé voir son image se matérialiser sur un support. Même avant l’avènement des TICs, il existait des supports papier film qui permettaient d’immortaliser les instants pour les rendre inoubliables.

Aujourd’hui, la question que les gens se posent, c’est de savoir si cette nouvelle procédée n’est pas synonyme de la fin de l’ancienne tradition des photos physiques sur papier et l’on se demande si une mise à jour des photographes de la vieille école n’est pas fortement conseillée.

Plus d'articles
Royaume-Uni : le confinement menace la princesse Eugenie et Jack Brooksbank