Dans l’ambiance électrique d’un soir à Lomé, le roi du Rock and Roll en Afrique avait fait ressortir de ses tripes dans son style habituel sa musique sur des airs de Blues. 

À son tour, « le couteau suisse » de la musique togolaise, Mast Just (Toofan) a suivi son maître en dégainant instantanément quelques paroles. 



Jimi Hope, a félicité son jeune frère artiste qui visiblement a su relever le défi sans toutefois égaler le « king ». La complicité entre les deux musiciens s’est poursuivie et a suscité beaucoup d’admiration au sein du public. 

Lire aussi: Al-Ain FC : le Togolais Fo-doh Laba séduit déjà… (vidéo)

« On a besoin que nos jeunes chantent le Blues parce que le Blues, c’est exactement comme le cacao. Ça part de l’Afrique, ça traverse l’océan, ça devient que du chocolat aux Etats-Unis. La base de la musique africaine, c’est le Blues (…) c’est à travers le Blues qu’on dit ce qu’on ressent », avait laissé entendre le docteur du Blues.

Parti il y a quelques jours à l’âge de 63 ans, Jimi laisse en héritage aux Togolais, ses œuvres, ses musiques immortelles.