Tanko Timati

Le Plan National de Développement (PND), loin des salons feutrés et des cercles de réflexions, s’invite avec intérêt sur toutes les lèvres à travers sa campagne de vulgarisation auprès des populations de l’intérieur du pays.

La ville de Tsévié a été le point de départ du PND Tour (05 et 06 avril 2019). En passant à la loupe ladite localité, l’axe stratégique 2 du PND (Développer des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industries d’extractives) est l’alternative identifiée la plus visitée lors des échanges.

Lire aussi : Tsévié Acte I : Les rencontres qui nous content nos origines

Des questions simples et réalistes, pendant l’évènement au stade Dr Kaolo, ont émergé lors de mes discussions en off.

A savoir :

– Comment puis-je mieux vendre mon manioc ?

– Existe-t-il une possibilité d’évacuer mon stock en cas de surproduction ?

– Les machines pour la transformation, comment en avoir ?

– Quand le démarrage des agropoles ?

– Travailler en coopérative et en groupement, pourquoi cette tendance ?

Et j’en passe que nous connaissons que trop dans nos environnements proches ou lointains.

Un pays a besoin d’une boussole pour amorcer son développement. Le PND est donc l’affaire de tous et nous devons pouvoir nous orienter correctement pour atteindre nos objectifs primordiaux.

Désiré Thethey BENISSAN-GBIKPI