Saham

Le 12e sommet extraordinaire des chefs d’État de l’Union africaine (UA) s’ouvre ce dimanche 7 et ce pour deux (2) jours au Palais des congrès de Niamey. Au moins 31 présidents sont présents dans la capitale nigérienne.

Lire aussi : Nouvelle monnaie de la CEDEAO : voici l’équivalent de l’ECO

Le président togolais Faure Gnassingbé arrivé tôt ce matin à Niamey est aux côtés de ses homologues notamment Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Patrice Talon (Bénin), Macky Sall (Sénégal), Alpha Condé (Guinée), Paul Kagame (Rwanda), Félix Tshisekedi (RDC), Abdel Fattah al-Sissi (Égypte), Muhammadu Buhari (Nigeria), Nana Akufo-Addo (Ghana), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Idriss Déby Itno (Tchad).

GTA

Lire aussi : Burkina Faso : 4 forestiers blessés dans une attaque terroriste

Les Grands enjeux … Zlec, passeport unique, marché unique aérien

Ce 33e Sommet sera en grande partie consacré à la mise en oeuvre de l’accord portant sur la création de la Zone de libre‑échange continentale (Zlec), rapporte JeuneAfrique. Relancé par Alpha Condé, ce vieux projet est l’un des étendards de l’agenda 2063 de l’Union africaine. Il était en discussion depuis 2012 et vise à créer un marché commun de 1,2 milliard d’habitants, dont le PIB cumulé avoisinerait 2 500 milliards de dollars. En janvier 2016, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, avait été chargé par ses pairs de mener les travaux de consultation sur ce projet.

Orabank

Lire aussi : Tremblement de terre à la CAN 2019 : l’Afrique du Sud élimine l’Égypte de Mo Salah

La question du passeport unique africain et du projet de marché unique aérien seront abordées. Le traité instituant la Communauté économique africaine sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et le droit d’établissement a été signé par 32 pays, lors du précédent sommet à Kigali, l’an dernier. À l’heure actuelle, il a uniquement été ratifié par le Rwanda.

Lire aussi : Togo : le Président Faure Gnassingbé inaugure l’entreprise Majorel ce lundi à Adéwui (Lomé)

À noter que la situation au Soudan, en Libye et au Sahel feront également l’objet de discussions. Le médiateur de l’Union africaine (UA), Mohamed El-Hacen Lebatt, a annoncé vendredi que le Conseil militaire et l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation, s’étaient mis d’accord pour une direction « alternée » de l’instance qui va diriger une période de transition d’environ trois ans.

Orabank