L’assainissement de la capitale et de l’ensemble du Grand Lomé, la protection de l’environnement, la planification de l’aménagement du territoire de district autonome, la promotion et la réalisation des actions économiques, sociales et culturelles sont les compétences du District Autonome du Grand Lomé créé par un projet de loi adopté par le Conseil des ministres de ce mercredi 9 octobre 2019

En effet, le district autonome du Grand Lomé est une collectivité territoriale particulière dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière créé en vue d’exécuter des actions propres en capitale dont certains volets d’aménagement, d’entretien et de fonctionnalité vont au-delà des compétences des communes.



Lire aussi : Décentralisation au Togo : le FACT mobilisera des fonds pour les collectivités territoriales

Concrètement, l’Etat peut confier au District Autonome du Grand Lomé, la gestion des infrastructures d’importance nationale à caractère commercial, sportif, sanitaire, culturel, etc tels que les marchés et les hôtels…construits par l’Etat.

Aussi, les organes de gestion du District du Grand Lomé sont le Conseil du district autonome composé pour moitié de conseillers élus par les communes du Grand Lomé, et pour moitié des personnalités nommés par le président de la République, conformément à la Loi portant décentralisation et libertés locales, le Gouverneur, le bureau du District.

Lire aussi : Togo/Fonction publique : voici les dossiers de candidature pour le concours national de recrutement d’enseignants fonctionnaires et de personnels administratifs

Il faut préciser que le siège du District du Grand Lomé est fixé à Lomé, au siège de l’ancienne mairie de Lomé. Le district autonome du grand Lomé regroupe les préfectures d’Agoe Nyivé et du Golfe et les 13 communes de ces deux préfectures.

Notons qu’au cours des travaux du Conseil des ministres de ce mercredi 9 octobre 2019, 5 projets de loi et un projet de décret ont été adoptés.