Pour le renforcement des capacités dans l’Enseignement  supérieur  par l’appropriation  des  meilleures pratiques pédagogiques  et  l’autonomisation des  établissements, l’Université de Lomé a procédé  ce  mardi  2 avril au  lancement du  projet  ASICIAO.

Intitulé  Appropriation  des  Standards  Internationaux  pour  la  Structuration  de Formations  d’Ingénieurs en  Afrique  de  l’Ouest,  le  projet  européen ASICIAO,  co-financé  par le Programme  Erasmus+   de  l’Union  Européenne est  destiné  plus  particulièrement  aux  étudiants  de  l’Ecole  Nationale Supérieure  d’Ingénieurs  (ENSI)  et  s’étendra  sur  une durée  de  trois(03) ans.



Projet  porteur  de  progrès,  l’ASICIAO  a,  entres  autres,  pour  objectifs d’assurer  la  qualité  de  l’enseignement  supérieur,  d’adapter  les  différentes formations  universitaires  aux contextes  économiques  et  socioculturels  et  plus  particulièrement  de  former  les  ingénieurs  aux  standards  internationaux.

Selon  le  ministre  de  l’Enseignement  supérieur  et  de  la  Recherche,  Koffi Akpagana,  l’assurance  qualité  dans  l’enseignement  supérieur  n’est  pas  un luxe,  pas  plus  qu’elle  n’est  un  effet  de  mode.  Elle  est  la  nouvelle exigence  de  l’enseignement  supérieur  à  l’épreuve  des  forces  du  marché  et des  mutations  rapide  du  monde  régies  elles-mêmes  par  l’efficacité  et  la compétitivité.

« Nous  sommes  convaincu  que  l’Afrique  peut   créer  ses propres  ingénieurs pour  son  développement  adapté  à  son  contexte  et  conformes  aux  standards  internationaux »  a  souligné  le  responsable  du  projet,  Timothée Toury.

Photo de famille

Un  ingénieur  n’est  pas  simplement  quelqu’un  qui  a appris  des mathématiques,  de  la  physique,  ou  même  du génie électrique,  mais  c’est avant  tout  une personne  qui  sait  mobiliser  des ressources  pour  identifier  et cerner  des  problématiques  techniques  et  proposer  des  solutions  adaptées, a-t-il  ajouté.

Il est à préciser que la  cérémonie  de  lancement de ce projet  a  vu  la  présence  du  1er vice-président  de l’Université  de  Lomé,  des ambassadeurs,  des membres  du  corps diplomatique,  des  doyens  et  directeurs  de  facultés  Ecoles  et  Instituts  de l’Université  de  Lomé  et  des  étudiants.