>

Togo : Vers la fermeture imminente de plusieurs organes de presse ?

Crédit photo : Republique togolaise

Facebook
Twitter
WhatsApp

Au Togo, les organes de presse doivent se conformer aux nouvelles exigences du nouveau code de la presse avant le 7 janvier 2023.

Selon Badjibassa Babaka, rapporteur à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), les organes qui ne sont pas conformes “doivent cesser d’exister.”

Il explique que la HAAC ne reconnaitra plus ces organes qui seront désormais considérés comme illégaux.

Les nouvelles exigences du nouveau code de la presse

Les nouvelles mesures du code de la presse concernent les presses en ligne, les presses écrites, les radios, les télévisions, etc.

L’une de ces mesures est qu’une personne physique ne peut plus créer un organe de presse, mais une personne morale.

Il est également demandé aux organes de presse en ligne d’avoir une extension en .tg pour être reconnu comme média au Togo.

En outre, pour être reconnu comme journaliste au Togo, il faut dorénavant avoir une formation. Selon Badjibassa Babaka, le nouveau code offre 3 possibilités pour être journaliste.

Dans les détails, pour être journaliste, la personne doit avoir été formée dans une école de journalisme ou un institut agréé par l’État.

À défaut de cette formation, il faut obtenir une licence dans une discipline quelconque et avoir une expérience professionnelle de 3 ans dans un organe de presse.

La 3e possibilité pour être reconnu comme journaliste est d’avoir le BTS en plus d’une expérience professionnelle de 5 ans dans un organe de presse.

Un média qui ne dispose pas d’un personnel répondant aux qualifications ou dont le directeur de publication ne répond pas aux qualifications doit cesser d’exister.

“Nous allons prendre les dispositions pour que la liste des organes de presse reconnus à notre niveau soit publiée”, a indiqué le rapporteur de la HAAC.