L’état civil joue un rôle très important dans l’administration d’un pays, car il constitue, non seulement un outil de planification du développement, mais aussi une source de fiabilisation du fichier électoral de ce pays. Malheureusement, le système d’état civil togolais souffre de problèmes d’organisation et de fonctionnement.

Face à cette situation, le gouvernement togolais a jugé nécessaire de donner un coup d’accélérateur au service rendu par l’état civil au Togo en créant un comité technique sur l’état civil.



Ce comité, composé de 16 membres, a été mis en place, ce mardi 12 février à Lomé.

Ce comité a pour mission principale de trouver des solutions liées au problème d’enregistrement à l’état-civil et son implantation partout dans le pays où besoin se fait sentir.

Pour M. Douti Lardja, président du comité, tout est à refaire. « Tout est priorité parce que vous savez dans quel état se trouve l’état civil, en terme de personnels, en terme d’efficacité, en terme d’équipement », a-t-il souligné.

« Nous allons d’abord faire l’état des lieux parce qu’il faut d’abord savoir effectivement ce qu’il faut apporter comme contribution pour améliorer sinon rendre l’état civil efficace et efficient », a-t-il ajouté.

Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, M. Payadowa Boukpessi, a, quant à lui, appelé le comité à tout mettre en œuvre pour relever ce défi.

Rappelons que ce comité a été mis en place ce mardi, suite au décret portant création de celui-ci en avril dernier et celui portant nomination de ses membres en août.