Le Marché International de l’Artisanat du Togo (MIATO) s’ouvre du 25 octobre au 3 novembre 2019 à Lomé.

Lancé il y a quelques mois par le ministre du développement à la base, de l’artisanat et de la jeunesse en présence de ses collègues de l’agriculture, du commerce et du tourisme, le MIATO vise à promouvoir le génie créateur des artisans togolais à travers l’exposition des produits, la présentation des services artisanaux et la création d’un cadre d’échanges de savoir-faire.



Agriculture : le PPAAO-TOGO relance la culture du champignon dans l’Ogou

Il s’agira aussi de valoriser les métiers porteurs du secteur et sensibiliser les jeunes sur les opportunités du secteur.

La première édition de ce rendez-vous est placée sous le thème « Artisanat innovant, facteur de développement économique et social ».

Au programme, des manifestations foraines d’échange, d’expositions et de ventes des produits artisanaux, d’activités culturelles, d’un concours, de visites d’entreprises et d’un plateau TV.

Le MIATO sera également un cadre privilégié de promotion des initiatives des jeunes entrepreneurs du secteur ayant bénéficié des mécanismes d’appui du gouvernement. Un site aménagé de 200 stands organisés comme suit : 130 stands ventilés ; 50 stands climatisés ; 20 stands de restauration ; 1 showroom ; 1 salle de conférence et 1 atelier de production. 150.000 visiteurs du Togo et de plusieurs pays sont attendus à cette manifestation biennale. L’accès au Marché sera libre et gratuit pour les visiteurs.

Pour participer au MIATO, il faut remplir les conditions suivantes :

▪ Etre professionnel dans un des secteurs de l’artisanat

▪ Avoir une adresse physique de l’entreprise

▪ avoir une pièce d’identité

▪ avoir une carte d’entrepreneur ou carte de membre des chambres de métiers

▪ Renseigner un formulaire de demande de participation

▪ Payer dans le délai les frais de participation

Togo : l’Union des Chambres Régionales de Métiers recrute pour ces postes (11 octobre 2019)

L’artisanat est un maillon important de l’économie togolaise. Il contribue à plus de 18% à la formation du PIB et à la réduction du déficit de la balance des paiements de 20%. Grand pourvoyeur d’emplois, le secteur mobilise près d’un million de Togolais qui exercent cette activité à titre principal ou secondaire.