Les résultats de la traditionnelle étude sur la façon dont le monde juge la politique extérieure des États-Unis, effectuée chaque année, par Gallup Polls, le géant des enquêtes d’opinion, ont fait l’objet d’analyse dans le magazine JeuneAfrique dans sa parution de cette semaine.

La question posée dans 135 pays sur les cinq continents est invariable: « Approuvez-vous ou désapprouvez-vous la façon dont les États-Unis exercent leur leadership? »

Invariablement, nous apprend l’hebdo, depuis que Donald Trump est au pouvoir, la réponse de la planète est globalement négative. Voire calamiteuse, puisque le taux d’approbation de la politique extérieure américaine dans le monde est de 31 %, ce qui situe l’administration Trump au même niveau de popularité que celle de Vladimir Poutine et trois points en dessous de celle de Xi Jinping. Du jamais-vu.

Lire sur : Qualif CAN Egypte 2019 / Match Ecureuils-Eperviers : le Bénin sonne la mobilisation nationale contre le Togo

Mais s’il y a un continent où Donald Trump échappe au lynchage, c’est l’Afrique. Pas toute l’Afrique bien sûr, mais globalement, avec un taux d’approbation de 52 %, l’Afrique renvoie de l’Amérique trumpienne une image positive.

Si seuls 16 % des Marocains et des Tunisiens, par exemple, lui trouvent quelques vertus ; ce n’est pas le cas dans des pays comme le Togo, la Guinée, le Niger, le Ghana, le Congo-Brazzaville et le Bénin, où le pourcentage de satisfaction dépasse la barre des 60 %.

La conclusion du sondage Gallup est donc à la fois claire et totalement paradoxale, souligne le magazine, puisque c’est dans ces mêmes pays qualifiés il y a un an de « pays de merde » par Donald Trump que le président américain est le plus populaire. Les Africains n’étant ni amnésiques ni masochistes, qu’est-ce qui explique ce choix ?

Lire aussi : La chaîne de télé MTV s’installe à Abidjan pour couvrir l’Afrique francophone

Les raisons de ce choix

Le magazine croit savoir les raisons qui expliquent ce choix. Il évoque l’attrait que les diasporas africaines installées aux États-Unis ont sur leurs concitoyens demeurés au pays par rapport aux émigrés en Europe.

Aussi le désintérêt de Trump pour continent, révèle le journal, est une aubaine pour les diplomates américains en poste sur le continent, lesquels sont loin d’être tous des électeurs républicains. « Cela leur laisse une liberté de ton et d’action pour continuer d’appliquer, la feuille de route classique du département d’État, quelle que soit la couleur de l’administration aux commandes à Washington. Droits de l’homme, soutien aux sociétés civiles et aux opposants, interventionnisme tous azimuts », écrit-il.

Enfin, le journal avance une dernière explication possible à ce paradoxe, et elle est inquiétante. « Si les Africains interrogés par Gallup ne paraissent pas tenir rigueur à Donald Trump de sa saillie choc sur leurs ‘shit hole countries’, c’est peut-être parce que beaucoup d’entre eux estiment qu’il a raison », écrit-il.