Tout ce qui se raconte sur le gecko est faux !

Le gecko, ce petit lézard aux yeux chatoyants et au son très particulier, est souvent retrouvé dans des placards, sur des murs, des livres, des vêtements, etc., en Afrique sub-saharienne. Cependant, de nombreuses croyances populaires sont liées à ce reptile, et sont pour la plupart fondées sur la légende, et même sur la religion.

Dans nos pays, ces croyances font du gecko un animal malfaisant, répugnant et dégoûtant à cause de son aspect. On croit généralement que le gecko est venimeux. Il est craint pour sa morsure mortelle, et parce qu’il serait capable d’empoisonner la nourriture et la boisson des humains par son passage. On raconte également, qu’il survient des ulcères (brûlures ou boutons) aux parties du corps qui ont été en contact avec sa peau ; ou qu’être en contact avec ses sécrétions provoque une mort instantanée.

Présentation

Le gecko appartient à la classe des Reptiles, de l’ordre des Squamates (lézards et serpents), du sous-ordre des Sauriens (lézards) et de la famille des Genikodés. Cette famille représente en termes d’importance, la deuxième plus grande famille de lézards, avec à peu près 1058 espèces recensées dont le gecko. Et il n’existe que deux espèces de lézard venimeux que sont le monstre de Gila et le lézard perlé, selon les études.

Le gecko vivait à l’origine au sud-est de l’Asie. Il a été introduit dans plusieurs pays autour du globe. Et depuis lors, ils se sont répandus largement grâce à sa grande capacité de reproduction, car ses œufs (le gecko est ovipare) se développent n’importe où. Ils se nourrissent d’une grande variété d’insectes, de nectar et de pollen.

Comme particularité, ils peuvent régénérer leur queue s’ils la perdent et ont la possibilité d’émettre des sons pouvant être décrits comme des gargouillements de gorge.

Le gecko : dangereux ou non ?

La culture populaire a créé ces différentes légendes sus-citées. Ceci est tout à fait faux selon les recherches menées sur ce lézard. En effet, ils sont totalement inoffensifs. Cependant, c’est une croyance profondément enracinée dans de nombreuses communautés.

Selon des études, des manifestations cliniques observées qui sont principalement d’ordre digestives (nausées, vomissements, crampes abdominales, diarrhées) sont essentiellement liées à des microbes hébergés par cet animal et qui sont transmis au cours de leur passage et non une quelconque toxine.

Au-delà ‘du danger’, le gecko représente un allié important dans les maisons, car ils contribuent activement au contrôle de nombreuses autres espèces nuisibles à la santé telles que les cafards, les mouches, les mites, les moustiques, etc.

Au vu de tout ce qui précède, l’animal dangereux dans les ménages n’est pas le gecko, mais d’autres co-habitants tels que les tiques, les moustiques, etc. Pour s’en prémunir, l’hygiène et la propreté sont des points incontournables, de même que la protection de nos aliments pour éviter que ces bêtes inoffensives ne soient des véhicules de microbes qui peuvent nous causer des ennuis de santé.

Retrouvez ici une thèse soutenue à la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie de l’Université de Bamako sur le sujet.

Plus d'articles
Chloe, 21 ans, n’avait aucun problème de santé avant de succomber au coronavirus