Tout cela va changer

Qui choisirLes résultats d’une enquête sur les violences basées sur le genre réalisée en 2010 par le ministère de la promotion de la femme ont révélé différentes formes de violence que subissent les femmes au Togo.

La plupart de ces violences reste impunie à cause de l’ignorance de la loi et la méconnaissance des instruments juridiques dont les femmes disposent.

Vulgariser ces textes auprès des groupements de femmes en vue de leur meilleure connaissance a motivé un atelier ouvert ce jeudi 25 juin 2015, à Lomé.

Pour la Directrice du genre et des droits de la femme au ministère de la promotion de la femme, Mme Tèbié Amoussou-Ekoé Mazalo, « au niveau national, nous avons le code des personnes et de la famille, le code des enfants, codes qui protègent ces couches vulnérables. La remarque malheureuse est que les femmes méconnaissent leurs droits si bien qu’elles ont des difficultés dans le mariage, dans le couple et dans la famille. Lorsque vous voyez une femme qui vient de perdre son mari, elle subit des cérémonies de veuvage qui portent atteinte à son intégrité morale et physique

« Les textes juridiques regorgent de dispositions qui protègent la femme. Au cours de cette formation, nous allons dépouiller ces textes et faire connaitre à ces femmes, ces instruments pour qu’elles soient des vectrices d’informations auprès de leurs groupements de femmes, foyers, familles et pour que nous puissions avoir de l’harmonie et la paix dans cette couche.», a-t-elle ajouté.

Cet atelier ouvert par le secrétaire général du ministère de l’action sociale et de la protection de la femme Stanislas Bilemma, a reçu l’appui financier de l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la Population et la Famille) au Togo et permettra aux femmes de connaitre leurs droits et d’en faire jouir à leurs familles.

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Togo : l’Institut Africain d’Informatique (IAI) lance son concours d’entrée