>

Tramadol : Décès tragique d’un jeune sous l’effet d’une overdose

Partager l'article sur :

En Guinée, ce lundi 07 novembre 2022, le corps sans vie d’un apprenti chauffeur a été retrouvé dans un minibus stationné dans la cour de la gare routière de N’Zérékoré.

Interrogé, le procureur de la République près le tribunal de première instance de N’Zérékoré est revenu sur les circonstances de cette découverte macabre.

‘Ce matin, j’ai été informé par le commissaire central adjoint du commissariat central de N’Zérékoré par rapport à la découverte de ce corps. Nous avons immédiatement dit de prendre les mesures qui s’imposent en se référant à un médecin légiste pour connaître le motif de ce cas de mort et en même temps mener les enquêtes. Nous avons procédé à des interpellations, notamment le propriétaire du véhicule dans lequel le corps a été retrouvé pour connaître ce qui s’est passé’, a expliqué Abdoulaye Koma.

Poursuivant ses explications, le procureur indique qu’il s’agit : ”d’un apprenti chauffeur du nom de Massagui, âgé de 25 ans qui s’est entretenu avec son ami jusqu’aux environs de 20 heures. Il s’est déplacé pour aller se promener, à son retour, il est venu trouver son ami en train de dormir. Sans le déranger, il s’est couché dans un fauteuil à l’intérieur de la voiture. Mais d’après le rapport médico-légal, on a constaté qu’il avait pris la drogue. Il est donc décédé sous l’effet de la drogue.

Le rapport médico-légal a aussi révélé que c’était au cours d’une crise qui était très forte. Il avait même mordu sa langue. Et autour de son corps, il y avait des urines. Il a dû résister, il s’est battu, mais il n’y avait pas d’assistance pendant que son ami dormait. C’est ce que le rapport a révélé. Mais les enquêtes continuent, ce n’est pas parce que le rapport est venu qu’on va arrêter l’enquête”, a confié le procureur près le TPI de N’Zérékoré.

‘Nous allons entendre toutes les personnes suspectes pour connaître là où il a acheté cette substance et s’il avait l’habitude de prendre la drogue. Ils ont dit qu’actuellement, les jeunes utilisent la drogue dure. Des drogues qu’on surnomme Toumba et Dadis (Tramadol) parce que le chanvre indien ne leur dit rien. Et si la dose est très forte, ça crée une crise’, a précisé le procureur Abdoulaye Lola.