Aleksander Ceferin, est le seul candidat à la prochaine élection qui se tiendra le 7 février 2019 à Rome pour renouveler les instances de la faîtière du football européen. Il est donc assuré d’un second mandat.

UEFA : l’actuel président, Aleksander Ceferin, est le seul candidat à sa propre succession
UEFA : l’actuel président, Aleksander Ceferin, est le seul candidat à sa propre succession

Ceferin avait succédé à Michel Platini, contraint à la démission en mai 2016 après la confirmation de sa suspension par le Tribunal arbitral du sport.

Avocat de profession, Ceferin, 51 ans, avait auparavant présidé la Fédération de Slovénie de football, de 2011 à 2016. 

-- Publicité L-FRII --

Discret et moins charismatique que son prédécesseur, Ceferin a récemment marqué une ferme opposition aux projets de son homologue de la FIFA, Gianni Infantino, ancien numéro 2 de l’UEFA. Lui-même candidat à sa réélection à la tête de la FIFA en juin 2019 à Paris, M. Infantino multiplie les propositions controversées, notamment une Coupe du monde des clubs élargie et une Ligue mondiale des Nations, afin d’enrichir un bilan qui ne fait pas l’unanimité. Une Coupe du monde des clubs élargie à 24 clubs viendrait directement concurrencer la Ligue des champions, organisée sous l’égide de l’UEFA et qui constitue aujourd’hui sa principale ressource.

Ceferin va également devoir à l’avenir répondre aux critiques sur le présumé déséquilibre dans les compétitions européennes entre gros et petits championnats.

L’association des Ligues européennes réclame ainsi que pour la période 2021-2024, les quatre grands championnats européens (Allemagne, Angleterre, Espagne et Italia) n’aient plus 4, mais 3 clubs automatiquement qualifiés pour la Ligue des champions et que les ressources financières soient mieux réparties.

Le Slovène devra également se pencher sur l’avenir du fair-play financier (FPF) mis en place par son prédécesseur Michel Platini. Ce système avait été adopté en 2010 pour éviter les dépenses excessives des clubs engagés en compétitions européennes.

Selon les révélations récentes des “Football Leaks“, plusieurs clubs dont le Paris SG ou Manchester City, qui risquaient des sanctions pour avoir enfreint les règles du FPF, avaient vu leurs sanctions allégées après discussion avec l’UEFA, dont Gianni Infantino, à l’époque secrétaire général de l’instance.