Lors d’un déplacement professionnel dans le Loiret, en France, un salarié est décédé lors d’une relation sexuelle. Son employeur refusait d’y voir un accident du travail, arguant que le décès était intervenu sur ses temps de loisirs et dans une chambre autre que celle qu’il lui avait réservée. La Cour d’Appel de Paris en a décidé autrement.

Lire aussi : Un enseignant, qui a engrossé son élève de 13 ans, confesse : « Elle m’a provoqué et j’ai cédé ! »