Les « Luanda leaks » ont déjà fait couler beaucoup d’encre et en feront couler d’avantage.


Emmanuel Macron annoncé en Israël ; le dossier iranien au cœur des échanges

La femme la plus riche d’Afrique et fille de l’ex-président angolais est accusée d’un certain nombre de délits, entre autres de fraude, de détournement de fonds et de blanchiment d’argent.

Elle est la principale actionnaire de la banque EuroBic dans laquelle travaillait Nuno Ribeiro da Cunha, un banquier portugais cité comme suspect dans l’affaire.

Ce Mercredi, le banquier a été retrouvé mort, pendu dans le garage de l’une de ses propriétés à Lisbonne. Selon la police portugaise, ce serait un « suicide ».

Chine : le virus qui inquiète l’OMS fait un quatrième mort

Le décès n’a été annoncé que ce jeudi, après que lui et Isabel aient été désignés suspects par les procureurs angolais qui s’efforcent de ramener la milliardaire au pays pour qu’elle réponde de ses actes.

EuroBic a annoncé vouloir couper les ponts avec Isabel dos Santos et enquêter sur les transferts de dizaines de millions de dollars qu’elle avait effectués et qui, selon le New York Times, ont vidé le compte de la société pétrolière angolaise Sonangol à l’EuroBic.