Une bande de charlatan très bien organisée avec pour chacun un rôle bien défini a réussi à escroquer plus de 120 millions à un garde rapproché du président Macky Sall. Les mécréants ont fait hier face au juge du Tribunal correctionnel pour répondre des faits d’association de malfaiteurs, charlatanisme, escroquerie, a-t-on appris.

Selon Senenews, les faits remontent au mois de décembre 2015. A. Seck, un agent de la Brigade d’Intervention Polyvalente et garde rapproché du président Macky Sall a été victime d’envoutement suivi d’escroquerie à hauteur de 120 millions. A la barre, le jeune narre cet épisode difficile de sa vie au cours duquel il a pratiquement tout perdu.



Sénégal : l’ex-président tchadien, Hissène Habré poursuit en diffamation l’auteur d’un livre à son sujet

« J’ai connu le charlatan A. Baldé par le biais d’un collègue qui m’avait demandé un prêt de 500 mille FCFA. Quelques temps après, j’avais reçu l’appel de A. Baldé qui avait eu mon numéro en passant par mon ami. Il disait qu’il avait besoin de moi. Je lui ai donné mon adresse, vu qu’il connaissait mon collègue. A. Baldé est venu chez moi et c’est là qu’il m’a donné en commençant des conseils. Je ne savais pas encore l’objet de sa visite car il ne me disait rien de concret. En rentrant, je lui ai offert 5000 FCFA pour le transport. Il m’a remis une petite bouteille pour dit-il me protéger. Mais, au cours de cette nuit, j’ai été comme possédé parce que quelque chose m’a réveillé mes poils étaient hérissés et tiré dehors. On s’est battu et je ne l’ai pas vu. C’est là que j’ai fait mes ablutions et commencé à prier. La prière finie, je me suis rappelé de la bouteille que m’avait donné A. Baldé. Seulement dés que j’ai utilisé son « safara » pour me protéger, c’est là que j’ai perdu le contrôle de ma vie.  Je me mettais à pleurer le lendemain à mon travail. Et mes collègues ne savaient rien de ce qui m’arrivait. A. Baldé contrôlait tout chez moi et j’avais peur de le désobéir. Je lui donnais tout ce qu’il me demandé ».

« Il envoyait Mamadou Diaw qui venait retirer l’argent. C’est par la suite qu’ils ont emmené Keba. Ainsi, celui-ci avait 6 doigts au lieu de 5 et ils disaient que c’était un kilifeu. Ils m’ont remis une bague et un pot de Gloria que j’avais mis dans un seau d’eau dans la chambre. Celui-ci était par la suite pourri. A. Balde a commencé à me gruger depuis décembre 2015. Il m’avait même demandé un jour  d’acheter de l’encens qui coûtait 5 millions » a poursuit l’agent du BIP.

En tout, conclut I. Seck, « A. Baldé et sa bande m’ont escroqué la somme de 120 millions. Et si ce n’était pas mes amis comme Akon, Papis Demba Cissé, je serai complément ruiné à l’heure ou nous sommes «.

Du coté du charlatan A. Baldé, certes, il reconnait avoir été mis en rapport avec Ie garde rapproché du chef de l’État mais, « c’était pour lui formuler des prières ».

« I. Seck m’avait dit que le colonel Moussa Fall, travaillant au palais de la République lui causait des problèmes et il voulait que je lui formule des prières pour ça et son travail. Il m’a aussi sollicité de lui faire une multiplication de l’argent. Mais j’ai refusé parce que je ne le pouvais pas. Par contre j’ai fait une retraite spirituelle et Dieu merci, j’ai réussi à lui trouver cet argent et je lui avais promis un milliard. Finalement j’ai fait tomber 500 millions au cours de cette séance de retraite spirituelle » a fait savoir le charlatan.

L’Homme le plus puissant du monde est connu (Classement Forbes)

A suivre le réquisitoire du Procureur, « il est constant que A. Baldé et sa bande se sont réunis pour  gruger I. Seck  après l’avoir approché. Et chacun jouait un rôle important dans cette affaire. Et les manœuvres consistaient à lui dire qu’ils avaient des amis djinns qui demandaient des chameaux et de l’encens qui coûtait 5 millions. On l’a manœuvré pour récupérer 120 millions FCFA de lui. Les prévenus ont chacun dit qu’ils sont marabout. Ils ont gâché gâché vie de ce garçon. Il a travaillé et il a des relations. Je vous demande de les déclarer coupable et de les condamner à 4 ans ferme »

Le délibéré de cette affaire est fixé le 26 novembre.