in

Un médecin confond un cancer et une allergie aux poils de chien

Il n’y a rien de pire qu’un médecin qui se trompe dans son diagnostique car il met la vie du patient en danger. Quand on en a fait l’expérience, difficile d’oublier comme le prouve le témoignage de ce père de famille au quotidien britannique Daily Mirror. 

Se plaignant de malaises permanents à la gorge et de reflux acide en 2017, l’homme de 52 ans se rend chez son médecin généraliste qui après lui déclare qu’il a probablement fait une allergie aux poils de son chien ; il lui a simplement prescrit des antihistaminiques. Mais, les symptômes n’ont pas pour autant disparu et le monsieur s’est adressé à un oto-rhino-laryngologiste. 

Résultat effarant : son médecin avait confondu des symptômes de cancer avec une allergie aux poils de chien. L’homme avait une boule à l’arrière de la langue qui s’est révélée être une tumeur maligne après une biopsie.  S’en sont suivies des séances de chimiothérapie et de radiothérapie exténuantes.

«Je ne suis pas un fumeur, et seulement un buveur léger. Je ne pensais pas que je faisais quoi que ce soit qui causerait un cancer de la langue», a-t-il confié au journal.



Après son cancer de la langue, les douleurs dans le corps lui ont fait craindre un retour du mal. Son anxiété a pourtant diminué avec le temps. «J’ai changé d’emploi maintenant et je n’en parle pas aux gens, j’ai envie de continuer ma vie. Le seul problème que j’ai vraiment eu est l’anxiété liée à la santé», a-t-il conclu.




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un chat met le feu à ses croquettes et provoque un début d’incendie

Etats-unis: arrestation du chef d’une milice qui préparait l’assassinat de Barack Obama

USA / Barack Obama : combien touche un président après son mandat ?