Comme le cerveau humain est capable de se concentrer uniquement sur une tâche, les notifications constantes des smartphones causent du stress à leur utilisateur, ce qui a un impact négatif sur le cerveau, a déclaré un endocrinologue.

En 2018, les utilisateurs de smartphones se laissent toujours distraire par les notifications des smartphones. Selon l’endocrinologue Robert Lustig, les humains habituent leur cerveau à être dans un état constant de tension et de peur en raison de l’anticipation des messages ou notifications. Ainsi, selon des recherches, 86% des Américains vérifient constamment leur courrier et leurs comptes sur les réseaux sociaux, ce qui augmente le niveau du stress, écrit Business Insider.

En conséquence, le cortex préfrontal du cerveau, responsable de nombreuses fonctions cognitives importantes, est «bouleversé» et cesse pratiquement de fonctionner.

«En fin de compte, vous commencez à faire des choses stupides», a commenté M.Lastig.

Le problème réside dans le fait que le cerveau de 97,5% des personnes est capable de se concentrer à tout moment uniquement sur une tâche. Ainsi, chaque fois que le smartphone reçoit une nouvelle notification, la personne est obligée de passer d’une tâche à l’autre. Dans cette situation, l’hormone de stress cortisol est libérée, ainsi que la dopamine, responsable de la sensation de plaisir.

Ainsi, le stress que nous éprouvons en essayant d’effectuer plusieurs tâches simultanément aggrave notre état et en même temps nous donne envie de nous distraire une fois de plus en raison de l’influence de la dopamine.

Les smartphones ne sont certainement pas mauvais, a souligné M.Lustig, mais ils détournent sans cesse notre attention, et cela devient un problème. «Si nous pouvons faire de la dépendance au smartphone un tabou, comme fumer à l’intérieur des bâtiments par exemple, les gens devront au moins consacrer leur temps de téléphone à des endroits et à des moments délégués, donnant une pause au cerveau», rapporte le journal en citant les paroles du médecin.

Avec Sputnik

La Rédaction