in

Un Nigerian appelle les Igbos à quitter le « Yorubaland », Wole Soyinka réagit

Dans un contexte de crise, de nombreux messages inondent les réseaux sociaux au Nigeria. Dans une vidéo, Grandson Adeyinka, un Nigérian basé au Royaume-Uni, a appelé les indigènes Igbo à quitter les États du sud-ouest. En réaction, le prix Nobel Wole Soyinka a appelé les indigènes Igbo à ignorer ces menaces leur demandant de quitter le « Yorubaland ».

En août 2019, Grandson a été arrêté à Londres pour avoir prétendument « incité à la discrimination raciale » contre les groupes ethniques Igbo et Fulani et pour avoir également « encouragé le terrorisme  ». Dans la récente vidéo, Adeyinka a lancé un ultimatum de 48 heures aux Igbo, menaçant de représailles contre ceux qui refuseraient de partir.

« C’est un avertissement au peuple Igbo de Yorubaland. Nous vous donnons un ultimatum de 48 heures à partir d’aujourd’hui, vendredi 23 octobre 2020, jusqu’au dimanche 25 octobre 2020 pour quitter Yorubaland », a-t-il déclaré.

« A partir du lundi 26 octobre, nous fermerons les routes, arrêterons tous les véhicules à travers le Yorubaland et chaque ressortissant Igbo sera traité en conséquence. Ce qui s’est passé à Ore dans l’état d’Ondo en août 1967 ne sont que des exemples de ce que nous allons faire à partir du lundi 26 octobre 2020 ».

Soyinka, pour sa part, dans une déclaration de ce samedi 24 octobre, intitulé « Identity Thieves on the Rampage » (Voleur d’identité en liberté ) a condamné la vidéo, traitant la menace de travail d’esprits malades et lâches.




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Emmanuel Macron : sa visite surprise en solo juste avant le couvre-feu

Mali le ministre français Yves Le Diran de retour à Bamako après le coup d’Etat

Mali : le ministre français Yves Le Drian de retour à Bamako après le coup d’Etat