Fatou Bensouda a récemment désigné les partisans de Laurent Gbagbo, comme étant un ‘réseau’ qui pourrait l’aider à se soustraire à la justice. Il semble que le terme ‘réseau’ ne soit pas bien accueilli par ces partisans.


« Toutes les fois que le bureau du procureur de la CPI veut nous désigner, nous partisans du président Gbagbo, il emploie le terme ‘réseau’. Ainsi, selon eux, Laurent Gbagbo dispose d’un puissant réseau qui pourrait l’aider à se soustraire à la justice une fois les restrictions levées. La définition du mot réseau auquel il s’attache est celle-ci :  organisation clandestine dont les membres travaillent en liaison les uns avec les autres », a déploré Steve Beko.

Bénin : une fillette de 7 ans assassinée pour des rituels sataniques ; les populations indignées

« Je suis désolé d’informer le bureau de la procureure que nous ne sommes pas un réseau et qu’en ce qui me concerne, je ne mobilise pas des personnes pour s’attaquer à des décisions de justice. Nous sommes des militants et des sympathisants du président Gbagbo. Nous sommes des millions à travers l’Afrique et le monde. Nous appartenons à des organisations légales, reconnues par les différents pays et nos mobilisations sont publiques et ouvertes à tout le monde », précise-t-il.

« Je suis désolé d’informer le Procureur que le FPI, l’UNG, le COJEP, EDS, pour ne citer que celles-ci, sont des organisations légalement enregistrées au ministère de l’Intérieur en Côte d’Ivoire. Pour toutes les manifestations que nous organisons en Côte d’Ivoire ou en Europe, nous sollicitons des autorisations de manifestations qui nous sont accordées par les autorités afférentes. Depuis quand une organisation clandestine sollicite une autorisation pour manifester ? D’ailleurs, si nous sommes un réseau, alors la préfecture de Paris et la mairie de La Haye sont nos complices puisque ce sont elles qui nous autorisent à manifester et encadrent nos manifestations », a poursuivi le militant de Gbagbo.

Cette astuce de Jeff Bezos qui lui a permis de devenir l’homme le plus riche du monde

« Nous sommes des militants attachés à l’amour de notre pays et de notre leader et c’est pourquoi toutes ces années de procès n’ont pas eu raison de notre détermination. Peut-être que cela vous surprend de voir des Africains autant attachés à leur leader, mais il faudra vous y habituer car la jeunesse africaine qui arrive n’entend pas se laisser intimider », a rassuré Steve Beko.

« Nous ne sommes pas un réseau. Nous sommes des militants, pas toujours disciplinés, mais toujours pacifiques et téméraires. Si vous n’avez jamais vu ça, regardez bien. C’est nous vous voyez comme ça », a-t-il conclu.