L’affaire secoue Lagos depuis quelques jours. En effet, le commandement de la police de l’État de Lagos a arrêté un homme âgé de 44 ans, Kabiru Oke, et son fils Farouq, 19 ans, pour un viol en série présumé avec grossesse d’une adolescente de 13 ans qui vivait avec sa tante, l’épouse de Kabiru.

Selon la police, la fillette a été violée pendant quatre mois dans leur résidence située dans un quartier de Lagos à Egbeda. La victime avait signalé l’affaire à sa tante qui la demandait de se taire pour couvrir son mari. Le fils aussi ayant surpris le viol de son père a aussi commencé par en faire de même avec la fille.



Lire aussi : Gabon : les 4 personnalités de la garde rapprochée d’Ali Bongo après son AVC

Selon la victime, le mari de sa tante a commencé à l’agresser en octobre dernier lorsqu’il lui avait ordonné de lui chercher de l’eau.

Lire aussi : Togo : Appel à candidatures pour des bourses d’études du ‘British University in Egypt’

«Il m’a demandé de lui apprêter de l’eau pour qu’il prenne son bain et je l’ai fait. Quand j’ai apporté l’eau, il m’a poussé dans la salle de bain et m’a violée. A partir de là, il le faisait régulièrement. J’ai dit à ma tante mais elle n’a rien fait à ce sujet. L’homme a continué à le faire puisque sa femme n’a pris aucune mesure », a déclaré la victime à Precious Ndukwu du Réseau de protection de l’enfance (CPN).

« Puis, en janvier, Farouq (fils) a commencé aussi. Il a vu son père coucher avec moi, puis il a commencé à le faire. L’homme couchait avec moi et Farouq le faisait aussi », a-t-elle poursuivi.

Les 2 agresseurs la menaçaient constamment de la tuer si elle en parlait à qui que ce soit.

Le porte-parole du commandement de la police de l’État de Lagos, le DSP Bala Elkana, qui a confirmé l’affaire, a déclaré que la mère de l’enfant avait rapporté les agressions et que la dernière avait eu lieu le 27 mars 2019.

En effet, lorsque le corps de la jeune fille  a commencé à se modifier à cause de la grossesse, et devant les questions de sa mère, la fille a finalement révélé la situation.

Suite à la dénonciation de la mère, les deux suspects ont été arrêtés et inculpés de violences sexuelles. L’affaire sera présentée aux juges le 13 mai prochain. Les suspects ont été placés en détention préventive à la prison de Kirikiri.

*Photo d’illustration