L’histoire s’est déroulée en République démocratique du Congo. Un homme d’affaires d’origine Congolaise habitant la ville de Pointe Noire a simulé sa faillite, mettant en pratique les sages conseils de sa mère. Il sait désormais ce à quoi est lié ses nombreuses relations amicales.

Un jeune Comorien de 19 ans se fait tuer à Paris lors d’une bagarre entre clients d’une prostituée



Âgé d’une quarantaine d’années, le Congolais, Marc Kilebe, a fait fortune dans l’import-export. Il a toujours été un homme joyeux et entouré d’amis. Ne supportant pas la souffrance des autres, il apportait autant qu’il pouvait son aide aux personnes en détresse.


Tout le monde l’appelait « Big Boss » et profitait de ses largesses. Les soûlards se retrouvaient avec Marc, les fabricants des fausses détresses aussi. Chaque jour, des personnes proches de lui affluaient dans sa résidence pour se retrouver ensemble. Les dimanches, après la partie de football dite « Ewawa », à ses frais, tous ses amis buvaient et mangeaient à leur satiété.

Claude LeRoy : « C’est le meilleur match qu’on ait fait depuis que je suis au Togo »

Cette générosité, dit-on est héritée de sa mère. Cette dernière s’inquiétait de l’hypocrisie de certains amis de son fils. Ainsi, dans l’optique de nettoyer la vie de son fils des mauvaises herbes, elle lui conseille de simuler intégralement une faillite. Peu réceptif à cette idée au départ, Marc finit quand même par l’appliquer.

Ceux qui le couvraient d’éloges hier étaient devenus ses moqueurs, arrivant même à insinuer la provenance mystique de sa fortune. « Il est tombé parce qu’il n’a plus personnes pour sacrifier » pouvait-on entendre.

Une expérience qui a permis à Marc de revoir la liste de ses amis et de se consacrer à ceux qui ne l’ont pas lâché durant cette simulation qui a duré un mois.

*Image d’illustration