Un Togolais révolutionne le secteur bancaire avec ”Yam”, une application utilisable par plus de 750 millions de personnes

Un jeune togolais a eu une brillante idée qui va révolutionner le secteur bancaire. Amadou Boukari a créé une application bancaire utilisable par plus de 759 millions de personnes dans le monde qui ne savent ni lire, ni écrire.

L’étudiant togolais a remporté un prix pour son application bancaire dénommé « Yam » au récent concours Finance and Innovation for Good.
Etudiant en Master 2 Finance and Information Technology à TSM (Toulouse school of Management), Amadou Boukari a séduit par son projet.

Arrivé en France en 2017, le jeune togolais de 30 ans propose une alternative aux longues queues observées devant les banques, surtout sur le continent africain. Une initiative née d’un son expérience personnelle.

« Avant d’arriver en France, j’ai été auto-entrepreneur pendant 6 ans en Afrique. J’ai beaucoup voyagé en Afrique de l’Ouest, comme la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Burkina Faso ou encore au Bénin. Ce qu’il faut savoir, c’est que, là-bas, il est normal de faire plus d’une heure de queue sous le soleil pour accéder à sa banque. Moi-même je pensais que c’était normal, jusqu’à ce que j’arrive en France.

J’ai été très surpris de voir qu’il n’y avait personne qui faisait la queue devant les banques françaises. C’est à ce moment que j’ai réalisé qu’il y avait un problème.

L’Afrique est le continent où l’on a le moins accès aux banques dans le monde entier. Tous les Africains n’ont pas de compte bancaire et il faut déjà faire une heure de queue devant les banques. Imaginez si tous les africains possédaient un compte ? Tout cela n’incite pas à la bancarisation » indique le lauréat sur le site de TSM.

Face à ce constat, Amadou propose une alternative digitale simple d’utilisation, peu importe la langue ou les capacités.

« Elle est simple, ludique et intuitive pour accéder facilement à ses comptes. Plusieurs techniques sont utilisées pour que toute personne, illettrée ou non, puisse consulter ses comptes bancaires et effectuer des transactions », ajoute l’initiateur de Yam.

En remportant le second prix du concours, le jeune togolais a reçu une enveloppe de 5 000 euros qu’il veut utiliser pour investir dans son application et la mettre en place. La première version fonctionnelle de Yam sera disponible bientôt.

Pour monter son application, l’étudiant espère compter sur le soutien des partenaires du concours (HSBC, Google, SIA Partners…) afin de bénéficier du réseau et de leur expertise.

« J’ai aussi contacté des banques françaises présentes en Afrique de l’Ouest afin de voir comment implémenter l’application dans les banques et quelles seraient les banques intéressées. Il faut contribuer au développement des régions émergentes et aider à la bancarisation en rendant accessible les services bancaires pour tous.

Cela permet également de capter une partie de l’épargne souterraine qui a longtemps échappé aux banques et qui sera utilisée pour financer le développement économique de ces régions. Mon application peut participer à cela et je suis disposé à travailler à son amélioration jusqu’à ce qu’elle corresponde à absolument TOUS ses clients ».

Initié par Sia Partners, Google, Finastra, Manaos, HSBC et pépites France, ce concours avait pour but de contribuer à imaginer les banques du futur.

Similaires