in

Une jeune Belge meurt d’un choc toxique dû à son tampon hygiénique

Traitée d’abord pour une gastro-entérite, une jeune Belge de 17 ans est décédée des suites d’un « syndrome du choc toxique, une maladie causée par l’utilisation de tampons hygiéniques ».

https://l-frii.com/un-marocain-pere-de-8-enfants-decouvre-quil-a-toujours-ete-sterile-et-demande-le-divorce/

Comme l’a raconté sa mère au média, l’adolescente a été d’abord hospitalisée pour de la fièvre et des vomissements. C’est seulement lors de son arrivée en soins intensifs que le « choc toxique » a été diagnostiqué.

« Le diagnostic médical ne nous pousse pas à nous alarmer outre mesure. Mais le soir, Maëlle commence à avoir des troubles de la vue. Je prends sa tension : 5,3. J’appelle l’ambulance, mais les ambulanciers restent sur le même diagnostic, une grippe. Même chose à l’hôpital. Ma fille souffre de déshydratation sévère, elle est emmenée dans un autre hôpital, aux soins intensifs. Et c’est là qu’on lui diagnostique un choc toxique. Il est déjà trop tard », a raconté la mère.

Après ce drame, la mère a décidé de se rendre dans les écoles et les centres de planning afin d’informer des risques potentiels liés aux tampons hygiéniques pour que cela ne se reproduise pas.

Un milliardaire japonais lance un concours : la gagnante l’accompagnera sur la Lune

Le syndrome du choc toxique (SCT), qui entraîne un taux de mortalité élevé, reste extrêmement rare, mais le nombre de cas est en augmentation ces dernières années, précise la RTBF. En France, par exemple, on en a recensé pas moins de 20 cas en 2019. En Belgique, à Namur, une fille de 16 ans est morte pour les mêmes raisons en 2016.



Togo/Anié : des dégâts causés par des bêtes dans des champs dégénèrent en affrontements meurtriers suite à une descente de gendarmes

Togo : effondrement d’un immeuble de 5 étages au quartier Sito Aéroport ce lundi (vidéo)