in

Une nouvelle taxe pourrait frapper les jouets à partir de janvier 2022

À partir de 2022, une écotaxe de 3 % devra être payée par les fabricants de jouets. Selon RTL, il s’agit d’une éco-contribution prévue par le gouvernement à l’image des taxes sur les piles ou les médicaments. Les fonds serviront à financer le recyclage ultérieur de leur production, ce qui pourrait avoir des répercussions sur les prix.

En effet, devant cette nouvelle donne, les fabricants indiquent qu’ils seront obligés de faire payer la taxe aux clients, car pour beaucoup, ces 3 % représentent leur bénéfice. D’après la marque Smoby, par exemple, cette dépense supplémentaire pourrait remettre en question 60 postes et empêcher certains investissements, ajoute RTL.

Selon un sondage du cabinet d’études Quantitude réalisé fin 2019 et cité par l’hebdomadaire LSA, seulement 6 % des jouets finissent à la poubelle. Dans 94 % des cas, les parents interrogés préfèrent leur offrir une seconde vie, ce qui fait que les jouets se retrouvent dans la catégorie traditionnelle pour le don entre familles et amis, mais aussi sur le marché de l’occasion, des brocantes et braderies aux sites de revente en ligne.

«Au total, la revente (Internet et braderie) pèse 33 % du marché de la seconde vie des jouets», fait savoir une responsable de Quantitude. D’ailleurs, la vente sur Internet s’impose comme le deuxième principal débouché, derrière les dons, pour la seconde vie des jouets dans 17 % des cas, rapporte Sputnik.

En 2019, le marché du jouet a représenté un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros en France selon une évaluation réalisée au début de l’année par Les Échos ; la somme récupérée, environ 10,5 millions d’euros, sera destinée à collecter, trier et recycler les jouets.




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les propos d’un homme face à un Puma : « Allez mon pote ! J’ai pas envie de mourir aujourd’hui»

Financement libyen Nicolas Sarkozy de nouveau devant les juges

Financement libyen : Nicolas Sarkozy de nouveau devant les juges