Une travailleuse philippine et son fils âgé de 13 ans né en Israël ont été expulsés du pays. Cette expulsion est survenue après un long débat judiciaire. L’affaire a suscité un débat et beaucoup d’émotion, ce qui pourrait faire office de précédent.

Le dernier appel judiciaire a été rejeté. Selon RFI, « Rosemarie Perez et son fils Rohan ont été placés de force à bord d’un avion et expulsés sous surveillance après une première tentative avortée en direction des Philippines, le pays d’origine de la mère ».



Lire aussi : Togo : vers une règlementation de l’utilisation des drones

Rohan, est né en Israël et il est scolarisé dans une école publique. Il souffre de difficultés sociales et psychologiques. D’après son avocat, son expulsion est inacceptable et pourrait avoir des répercussions irréversibles sur le jeune adolescent.

Il y a dix ans que le visa de travail de Rosemarie Perez est arrivé à expiration, indique le ministère de l’Intérieur en Israël. Le ministère déclare donc qu’elle se trouve en situation illégale. Le père de l’enfant est un ressortissant turc qui est retourné dans son pays.
Cette affaire a suscité des passions en Israël tout au long de l’été. Des activistes et des militants de gauche estiment qu’il est cruel d’envoyer un enfant dans un pays dont il ne parle pas la langue.

Lire aussi : Manche : 3 enfants morts suite à un accident de bateau

C’est la première fois qu’une famille de travailleurs immigrés est expulsée de force d’Israël. Une centaine d’autres familles dans le même cas ont été arrêtées et attendent une décision des tribunaux à leur sujet.