Une semaine de marathon diplomatique aux Etats-Unis

Une semaine de marathon diplomatique aux Etats-UnisLe chef de l’État togolais a participé au Sommet du Développement Durable et à la 70e session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), un séjour dominé cette année par les questions de développement et les crises politiques à divers endroits du monde.

Au cours de son séjour officiel aux États-Unis, Faure Gnassingbé a prononcé deux discours majeurs à la tribune de l’ONU, le premier le 25 septembre lors de la session consacrée à l’adoption des objectifs du développement durable (ODD) post-2015 et le second, le 30 septembre lors du débat général de l’Assemblée générale.

Le 25 septembre, intervenant à la suite du Pape François, du président ougandais Yoweri Musseveni entre autres, le président de la République a fait le point sur les avancées du Togo dans la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et a insisté, se référant à l’appel lancé en juin par les évêques catholiques d’Afrique, sur la nécessité d’une mise en œuvre des nouveaux objectifs dans le respect des contextes régionaux, nationaux, et de la diversité cultuelle.

Le 30 septembre, troisième jour du débat général de la 70e session de l’AG, Faure Gnassingbé a pris la parole pour saluer les fructueux liens de coopération entre le Togo et l’ONU et exposé les priorités de son pays dans la réalisation du nouvel agenda de développement. Après un tour d’horizon des divers défis socio-politiques du continent, il a réclamé la vigilance et la mobilisation des partenaires  pour une éradication totale de l’épidémie à virus Ebola « dans l’espace de la CEDEAO qui en a été l’épicentre ». Le chef de l’État a invité ses interlocuteurs à « repenser le partenariat mondial  pour le développement à la lumière des nouvelles exigences qui sont désormais portées par les objectifs de développement durable ». Il a rappelé les objectifs du sommet extraordinaire sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique que le Togo accueille l’an prochain à Lomé, sous l’égide de l’Union africaine.

Cette thématique a réuni lors d’un « événement parallèle » organisé conjointement par le Togo et les Pays-Bas en collaboration avec l’Union africaine, un panel de chefs d’État et de gouvernements, de ministres et d’experts. Dans une salle comble, Faure Gnassingbé a dirigé avec Bert Koenders, ministre hollandais des Affaires Étrangères la rencontre destinée à rappeler les défis de la sécurité maritime. Étaient également présents, les chefs d’État béninois et sénégalais, le Premier ministre béninois, le vice-président de la commission de l’Union Africaine, les ministres camerounais et ivoiriens des Affaires Étrangères, des représentants d’institutions internationales…. Les participants ont renouvelé leur adhésion au sommet de Lomé que le chef de l’État a annoncé pour l’année 2016.

Outre les nombreux apartés dans les couloirs du quartier général de l’ONU entre dirigeants du monde, Faure Gnassingbé a reçu de manière officielle ses homologues du Mozambique, de Madagascar, du Bénin, les Premiers ministres d’Éthiopie, de Géorgie, d’Île Maurice et de Belgique, des chefs de délégation et des patrons d’institutions internationales. Madame Michaëlle Jean, Secrétaire-générale de l’Organisation Internationale de la francophonie (OIF) a été reçue par les présidents béninois et togolais pour faire un panorama de la situation sécuritaire dans l’espace francophone, particulièrement en Afrique de l’ouest.

Mario Pezzini, Directeur du centre de développement de l’OCDE, Yoshifumi Okamura, de la mission diplomatique japonaise à l’ONU, Kim Won-soo, sous-secrétaire général et  haut représentant des Nations Unies pour le désarmement sont également venus s’entretenir avec Faure Gnassingbé sur des questions de coopération entre le Togo et leurs institutions respectives.

Après une rencontre le 26 septembre avec Ban Ki-moon, Secrétaire-général de l’ONU au cours de laquelle les deux hommes ont abordés les défis de développement pour le monde et pour le Togo, le président togolais a effectué une visite de travail le 30 septembre au siège du PNUD. Avec l’administratrice Madame Helen Clark, Faure Gnassingbé a notamment évoqué l’organisation d’une table ronde des bailleurs de fonds au cours de laquelle un accent particulier sera mis sur le programme de modernisation des administrations de l’État et des administrations publiques.

Madame Linda Thomas-Greenfield, Sous-secrétaire d’état US aux Affaires africaines s’est également entretenue avec le chef de l’État le 1er octobre. Au menu des discussions, la sécurité dans l’espace CEDEAO, Boko Haram, la situation politique au Mali et au Burkina Faso, lutte contre le trafic de stupéfiants et la coopération dans le domaine énergétique.

A noter que le président de la République togolaise a effectué une visite  à Washington au siège du Sénat américain. Lors de ce déplacement, Faure Gnassingbé a eu plusieurs entretiens notamment avec Ralph Drollinger, fondateur de « Capitol Ministries ». Ce dernier a  récemment séjourné à Lomé dans le cadre de la promotion de ses actions d’évangélisation et d’études bibliques. Il s’est ensuite entretenu avec les sénateurs James Lankford (Oklahoma),  Steve Daines (Montana),  David Perdue (Géorgie), Joni Ernst (Iowa), et Bill Cassidy (Louisiane).

Le chef de l’État a regagné Lomé le 2 octobre après un séjour d’une semaine aux États-Unis, marqué par un intense marathon diplomatique et par des rencontres de très haut-niveau pour fédérer un maximum d’énergie autour des thèmes de la sécurité, de la coopération internationale et du développement économique et social du Togo.

Golden Tulip Ad

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Liga / Real Madrid : Zidane solidaire avec ses joueurs à une victoire du titre