Une université américaine accusée de discriminer les Blancs et les Asiatiques

Le ministère américain de la justice a accusé jeudi la prestigieuse université de Yale de violer les droits civiques en pratiquant une discrimination contre les candidats blancs et asiatiques. L’université a rejeté les accusations « sans fondement ».

« Les Asiatiques et les Blancs ont de quatre à dix fois moins de chance d’être admis, à dossier comparable, que des candidats afro-américains ». « Les bonnes formes de discriminations raciales, cela n’existe pas », a déclaré l’adjoint du ministre de la Justice Eric Dreiband.

Entretien d’embauche : Les femmes noires aux cheveux naturels ont moins de chances de décrocher un boulot

 

« Diviser de manière illégale les Américains en catégories raciales et ethniques encourage les stéréotypes, l’amertume et la division », a-t-il ajouté. L’enquête sur Yale a été ouverte par le gouvernement Trump il y a deux ans, à la suite d’une plaine par des groupes d’étudiants asiatiques.

Dans un communiqué, Yale a rejeté « catégoriquement» ces accusations. « Nous nous intéressons à l’ensemble de la personne, quand nous choisissons qui nous admettons », a déclaré la faculté, se disant « fière» de ses critères de sélection.

Togo : le dossier de Raoul le blanc « disparu » de la table des juges ?

 

Comme Yale, d’autres universités des États-Unis, un pays où les statistiques ethniques sont autorisées, sont accusées de discrimination anti-asiatique. L’une d’entre elles, Harvard, revendique des critères plus larges que l’excellence académique, y compris des critères de personnalité, au nom du maintien de la «diversité» de son campus.

Plus d'articles
Elisabeth II malade : Voici pourquoi la reine d’Angleterre ne quitte pas son trône