USA / Contestation pour fraude : un grand cabinet d’avocats lâche Donald Trump

Les échecs se multiplient pour le camp de Donald Trump, qui cherche à faire reconnaître des fraudes électorales par la justice américaine. C’est d’abord la cour d’appel fédérale qui a rejeté, le vendredi 13 novembre, une tentative de faire invalider environ 9 300 bulletins de vote par correspondance arrivés après le jour de l’élection présidentielle américaine en Pennsylvanie. 

Les républicains avaient aussi demandé à la Cour suprême des États-Unis de réexaminer la question. Cependant, il n’y a pas assez de bulletins de vote en retard pour modifier le résultat des votes en faveur de Joe Biden en Pennsylvanie, étant donné l’avance du démocrate. 

Dans le même temps, un autre cabinet d’avocats de poids, Porter Wright, a précisé, sans explication, s’être retiré d’une plainte déposée par la campagne de Donald Trump devant un tribunal fédéral de Pennsylvanie.

Après avoir déposé leur requête, le cabinet avait essuyé une pluie de critiques, notamment sur Twitter. L’équipe juridique du camp républicain s’est retournée contre leurs avocats, accusés par des militants politiques ou des confrères de participer à une entreprise de sape de la démocratie. 

Porter Wright, qui a abandonné le recours en Pennsylvanie, n’a pas répondu sur son intention de cesser complètement de représenter la campagne Trump. “Porter Wright a une longue expérience en droit électoral et a représenté des démocrates, des républicains et des indépendants”, ont rappelé ses services de communication dans un e-mail à l’AFP.

 

Avec France24

Similaires