USA : des élèves blancs “vendent” aux enchères des esclaves noirs sur Snapchat

«Pouvez-vous imaginer ce que c’est que pour quelqu’un de mettre un prix sur votre tête?», a interrogé Tony Crawford, activiste et un des organisateurs de Parker County Progressives. Des étudiants d’une école d’Aldo ont organisé une vente aux enchères d’esclaves sur les réseaux sociaux. Ces élèves du campus de neuvième année de Daniel faisaient semblant de vendre leurs camarades de classe noirs sur Snapchat.

Une capture d’écran de la conversation du groupe Snapchat a été fournie au Star-Telegram ; alors qu’une personne y a fixé le prix à 1 $ pour un élève, une autre a écrit dans le chat qu’elle paierait 100 $ pour quelqu’un d’autre.

Le district scolaire indépendant d’Aldo, informé de l’affaire, a ouvert une enquête impliquant les forces de l’ordre et sanctionné des élèves de son campus Daniel. Ni le nombre d’élèves impliqués ni la nature de la sanction n’ont été précisés. Les dirigeants du district ont souligné qu’ils ne toléreraient pas de telles actions dans le district à l’ouest de Fort Worth avec environ 6 400 étudiants.

“Il n’y a pas de place pour le racisme ou la haine dans l’Aldo ISD, point final”, a déclaré la surintendante du district scolaire indépendant Aledo, Susan Bohn, dans un communiqué partagé avec le Washington Post. “Utiliser un langage et une conduite inappropriés, offensants et racistes est totalement inacceptable et est interdit par la politique du district.”

Tony Crawford a déclaré au Star-Telegram que les étudiants mentionnés dans les discussions étaient traumatisés. Le groupe avait été nommé avec des emoji d’un homme noir, d’une arme à feu et d’un policier blanc, selon les captures d’écran, sans compter les Insultes raciales avec les mots «Ferme» et «Vente aux enchères». Un étudiant a suggéré qu’un camarade de classe «serait mieux si ses cheveux n’étaient pas si mauvais».

«Qui pensent-ils être?», a déclaré un parent d’élève en faisant référence aux participants du groupe. «Qu’est-ce qui leur donne le droit de penser qu’ils peuvent faire ça à quelqu’un d’autre?»

Le district n’a pas manqué de présenter ses excuses aux victimes, rapporte Washington post : «Cet incident a causé d’énormes souffrances aux victimes, à leurs familles et aux autres étudiants de couleur et à leurs familles, et pour cela nous sommes profondément attristés».

Plus d'articles
Covid-19 : Elon Musk met en doute l’efficacité des tests rapides