La complication des procédures d’immigration aux États-Unis donne de loin une autre impression quant à la difficulté non-négligeable pour y dénicher un emploi. Cependant, cette impression est plus réelle dans les idées que dans la pratique, surtout quand on sait s’y prendre.

Togo : La 1ère édition du salon Études en France annoncée pour ce samedi 19 octobre à l’IFT de Lomé



On en sait assez sur la capacité du gouvernement américain à pourvoir des jobs, on en sait sur les quelques filtres d’accès qu’il y pose, se basant sur le statut du potentiel demandeur ; on en sait aussi sur les possibilités de franchir ces fragiles barrières. L’astuce, c’est savoir quoi chercher, quand chercher, où chercher.

En effet aux États-Unis, certaines catégories de jobs sont plus faciles d’accès parce que leur gestion dépend moins de l’État. Ils sont entre autres la mode et l’industrie de luxe, les cosmétiques et la coiffure (New York), la restauration (Californie), l’alimentation (Alabama en tête de liste), la communication et le tourisme, pour ne citer que ceux-là. Mis à part ceux-ci, les jobs informels tels que les travaux de domestiques, de jardinier etc. se font régulièrement trouver.

Société Générale Togo recrute pour ces postes (18 octobre 2019)

Dans la plupart de ces secteurs, les employeurs américains restent uniques dans leurs règles. L’exigence d’un diplôme est relativement faible, comparée à l’exigence d’une preuve de savoir-faire. Cela étant, tout demandeur d’emploi dans l’un de ses secteurs doit se munir de son premier diplôme, le savoir-faire. Les autres outils que la plupart des employeurs essayent de régir en règle sont entre autres l’hospitalité, la rapidité, la rigueur et la productivité.

https://l-frii.com/barcelone-un-sixieme-soulier-dor-pour-la-legende-lionel-messi-photo/

Selon le site europusa, travailler dans le secteur de la restauration est question d’accepter dans sa globalité la formule « Le client est roi », que « le client a toujours raison » et que « l’employé a toujours tort ». Ce qui n’est pas forcément dans les habitudes des immigrants, ceux d’Afrique surtout. Arriver à s’habituer à de tels principes, c’est se faciliter l’accès aux jobs.