Variole du singe : doit-on craindre le pire ?

Depuis quelques jours, la population mondiale est en alerte. Et pour cause, des cas de variole du singe ont été détectés dans divers pays. Et évidemment, cela inquiète vivement. Le dernier virus à avoir été détecté de la sorte était le Covid-19.

À l’époque, personne ne se doutait de l’ampleur que cela allait prendre et que ce dernier allait paralyser le monde entier pendant près de deux ans. En ce moment même, l’Europe semble vivre un scénario similaire. En effet, le Royaume-Uni, le Portugal, l’Espagne et l’Italie ont déjà découvert plusieurs cas de variole du singe.

 Selon un message de la Direction générale de la santé (DGS) transmis aux professionnels de santé jeudi 19 mai 2022, la France viendrait de découvrir son premier cas de patient infecté par le Monkeypox (MKP) : “Des cas suspects sont en cours d’investigation dans de nombreux pays. Il s’agit d’un phénomène inhabituel. Les analyses ont mis en évidence un virus appartenant au clade “Afrique de l’ouest” du virus MKP, suggérant un lien initial avec le Nigéria, pays dans lequel le virus circule régulièrement depuis 2017″.

“Ce virus n’est pas très mortel”

Vendredi 20 mai 2022, le médecin généraliste Roger Rua était invité sur le plateau de CNews pour évoquer la situation actuelle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’est montré plutôt rassurant concernant ce nouveau virus qui viendrait d’être découvert en France.

Selon lui, il n’y a rien à craindre car la situation n’est pas du tout similaire au Covid-19. Et pour cause, le virus est connu des spécialistes : “Il faut avoir de bonnes infrastructures médicales pour pouvoir sauver les gens et les guérir. Ce virus n’est pas très mortel, on le connaît depuis 2017 donc il n’y a pas de souci de ce côté-là”.

Le journaliste présent en plateau lui demande ensuite si les symptômes sont facilement détectables, ce à quoi il répond : “Au départ, cela commence comme une virose banale puis des éruptions cutanées, ça fait penser à une varicelle de loin. On peut orienter le diagnostic et prendre les mesures nécessaires”.

Avec Femme Actuelle

Similaires