Vers un bréviaire des médicaments traditionnels africains

vers-un-breviaire-des-medicaments-traditionnels-africainsLe Togo, à l’instar des pays africains, dispose d’un riche patrimoine de médecine traditionnelle, qui exploité de façon rationnelle, permettrait de résoudre des problèmes de santé qui sévissent. C’est dans cet ordre d’idée que l’Organisation Ouest-africaine de la Santé (Ooas) a ouvert, ce lundi 19 décembre à Lomé, et ce, pour deux jours, le 8ème congrès scientifique des praticiens de la médecine traditionnelle et des praticiens de la médecine conventionnelle de la Cedeao.

Cette rencontre de Lomé est placée sous le thème, « les pharmacopées comme outil pour la découverte des médicaments essentiels en vue du traitement de nouvelles maladies émergentes ». Elle sera une occasion pour ces praticiens des deux médecines d’aller vers un travail synergique en mettant en place un bréviaire de toutes les plantes de l’Afrique avec leurs propriétés afin d’aller vers des médicaments ‘made in Africa’ dont l’efficacité est prouvée sur le plan scientifique.

L’Ooas n’est pas à sa première initiative de rapprochement de ces deux médecines. Elle a, de par le passé, mis en place un logiciel qui recense les praticiens traditionnels, les maladies et leurs médicaments curatifs et préventifs.

Selon Lakassa Essozimna, président du Réseau togolais pour la promotion de la phytothérapie, il faudra faire davantage. « Les praticiens prennent de jour en jour conscience de cette réalité d’être mieux organisés surtout sur les thématiques de la santé et parvenir à une fédération renouvelée. Le manque d’organisation rend difficile la prise en charge de la médecine traditionnelle auprès des ministères de la Santé et de la Recherche. Nous promettons de nous réorganiser au mieux pour bénéficier des atouts des organisations internationales », a-t-il indiqué.

Plus d'articles
Musique : Fior2Bior dégouté par la déclaration d’un doyen sur sa chanson