Vierge à 25 ans, est-ce anormal ?

Y a-t-il une norme pour avoir sa première expérience sexuelle ? Jeudi, dans “Sans Rendez-Vous” sur Europe 1, la psychanalyste et sexologue Catherine Blanc livre son analyse sur une question qui taraude plus d’une personne : y a-t-il un âge pour avoir son premier rapport sexuel ?

Lire aussi: Cristiano Ronaldo en route vers un autre record

La question d’Anaïs, 25 ans

J’ai 25 ans et je suis encore vierge. Si je trouvais légitime de prendre mon temps jusque-là, je me sens aujourd’hui très en décalage et anormale. Est-ce le cas ?

Lire aussi: Côte d’Ivoire/Alassane Ouattara : “Je pense qu’à un certain âge, il faut penser à aller se reposer”

La réponse de Catherine Blanc

Il faut se dire que ce que l’on appelle “normalité” veut dire “le plus grand nombre” mais ça ne veut pas dire que, sorti(e) de ce contexte-là, on n’a pas son droit à expression différente.

L’âge moyen d’une première fois est 17 ans, mais pour autant, on n’est pas en retard parce qu’on en a 25.

Tous les développements corporels ne sont pas les mêmes et pour faire l’amour, il faut être en adéquation avec l’autre, mais aussi avec soi, avec son contexte de vie, ses urgences, ses priorités. Tout cela donne une première fois a des âges différents.

Lire aussi: Togo / France : le président Faure Gnassingbé annoncé à l’hommage solennel à Jacques Chirac

L’âge de la première fois est à 17 ans. Si c’est un peu avant, où est la limite ?

Il faut bien comprendre qu’à partir de la puberté, tout est en place pour faire l’amour et pour faire des bébés. Pour autant, est-ce que l’’on fait des bébés dès lors que l’on est pubère ? Non.

Est-ce que l’on fait l’amour dès lors que l’on est pubère ? Non mais parfois oui.

Le corps est prêt à cela.

Cela dit, deux enfants de 14 ans n’ont pas le même corps. A cet âge, des enfants ont des corps de bébés quand d’autres ont des corps d’adultes. Nos corps ne nous renvoient pas aux mêmes choses, aux mêmes rendez-vous, ils ne nous offrent pas les mêmes opportunités au même moment que nos voisins ou voisines de classe.

Lire aussi: Coupes continentales : fin de parcours pour les clubs togolais ASCK et Maranatha FC

A l’inverse, si une personne est encore vierge à 40 ans, y a-t-il un “problème” ?

Cela raconte quelque chose en effet. C’est un problème pour la personne car de fait elle s’est mise très à la marge de quelque chose non pas de la société mais de quelque chose que raconte son corps.

J’ai des patientes de 40 ans qui viennent me voir justement pour me poser la question de la virginité.

Elles sont dans le temps où va se terminer leur fertilité.

Pour certaines, c’était une grande entreprise d’évitement car le meilleur contraceptif, c’est encore de ne pas faire l’amour !

Plus d'articles
Qui succèdera à Sepp Blatter le 26 février 2016 ?