Violences policières : Antoine Griezmann se fait interpeller après un tweet

L’affaire a rapidement fait le tour de la toile et indigné la France. Trois policiers parisiens, filmés, s’en sont pris à un producteur de musique en le ruant de coups. La raison officielle, le non-port du masque.

A la vue de ces images, Antoine Griezmann n’a pu s’empêcher de réagir. L’attaquant-vedette de l’équipe de France Antoine Griezmann a tweeté jeudi « J’ai mal à ma France », rejoignant l’émoi provoqué par le passage à tabac filmé d’un producteur de musique noir par des policiers à Paris.

Le tweet de Griezmann, qui mentionne le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, fait suite à ceux de son coéquipier en équipe de France et au FC Barcelone Samuel Umtiti et de l’international Espoir Jules Koundé, tous deux montés au créneau après la diffusion virale par le média Loopsider de la vidéo de cette agression.

Une prise de position réjouissante, pour une affaire très grave. Même si la réaction de la personnalité tricolore a suscité quelques interrogations. A l’image de celle de Damien Rieu, un personnage clivant d’extrême-droite bien connu pour ses frasques sur Twitter.

“Bonsoir Antoine Griezmann, vous n’aviez pas tweeté pour Samuel Paty ou pour l’attaque islamiste de Nice stoppée par des policiers municipaux. Pourquoi ? Est-ce moins grave ? Merci”, a demandé Rieu.

Le militant vient donc sous-entendre que sous prétexte de n’avoir pas réagi à un acte, le joueur de foot aurait fait une hiérarchie entre les deux faits en question. Un procès d’intention pur et simple.

Similaires