in ,

Voici pourquoi il est dangereux de se retenir d’aller aux toilettes

Tout le monde a déjà eu une envie pressante impossible à soulager rapidement, faute de toilettes à proximité, ou parce que le moment n’est pas opportun. Mais cela ne doit pas devenir une habitude car se retenir d’uriner, ou d’aller à la selle, n’est pas sans risques pour la santé.

Comme l’explique le professeur Morgan Roupret, chirurgien urologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, lorsqu’on dépasse la capacité de stockage de sa vessie, qui est chez l’adulte d’environ 300 à 500 ml, « la pression qui s’exerce dans la vessie n’est pas tolérable pour les reins, qui peuvent finir par s’abîmer. Et cela peut ensuite provoquer de l’insuffisance rénale ».

Bruxelles : une employée refuse l’accès aux toilettes à un enfant autiste

Il faut également savoir que la vessie est entourée d’un muscle, le détrusor. Et si on ne vidange pas régulièrement son réservoir vésical, « on risque de rompre ce muscle, et de perdre les capacités d’expulsion, c’est-à-dire de contraction de la vessie », ajoute le praticien, précisant qu’il peut également y avoir « des mictions par regorgement, c’est-à-dire des petites fuites d’urine liées à l’hyperpression dans le réservoir vésicale ».

Autre conséquence possible non négligeable : les infections. En effet, quand on se retient d’aller aux toilettes, « les urines vont stagner ». Et l’immobilisation prolongée de ce fluide biologique «va favoriser la pullulation microbienne, donc les infections urinaires, comme par exemple les cystites », affirme le professeur Roupret. Et si elles sont non traitées, il peut y avoir « un reflux de ces bactéries vers le haut appareil urinaire », provoquant une affection plus grave : la pyélonéphrite.

Afin d’éviter quelques effets secondaires désagréables, il est également recommandé de ne pas trop retarder l’évacuation des selles quand l’envie se fait sentir. « Si on n’écoute pas ses besoins, la selle va repartir en sens inverse et se déshydrater. Elle va ainsi devenir encore plus dure et cela va aggraver, ou former, une constipation », explique Martine Cotinat, gastro-entérologue, diplômée de nutrition et micro nutrition.

Japon : de drôles de toilettes aux parois transparentes installées à Tokyo

Et l’une des conséquences de ce trouble du transit est l’apparition des hémorroïdes, veines dilatées se formant au niveau de l’anus ou du rectum. Même si elles sont généralement sans gravité, elles peuvent s’avérer douloureuses et incommodantes.

« Plus on est constipé, plus on va forcer. On risque alors non seulement d’abîmer petit à petit son périnée, mais aussi de favoriser l’apparition d’hémorroïdes et/ou de fissure anale », ajoute-elle. Sans compter que « la formation d’un bouchon peut favoriser les fausses diarrhées ou les fuites anales, une situation qui est fréquente chez l’enfant, trop occupé à jouer ».

D’autre part, « les microbes vont continuer à fermenter dans l’intestin, ce qui va provoquer ballonnement et augmentation de l’émission de gaz », note la spécialiste, auteure du livre « Maigrir de plaisir en charmant ses bactéries » (éd. Thierry Souccar). Des inconforts abdominaux qui peuvent s’avérer très handicapants au cours de la journée. Ainsi, même si l’envie finit par passer, Martine Cotinant conseille de la déclencher à nouveau « en buvant de l’eau ou en remangeant quelque chose ».

Source : CNEWS



Saham Ad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

« Les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts » : cette phrase de Véran qui fait le buzz

Émile Zola : découverte de la suite d’une de ses importantes œuvres