vous-aviez-dit-reformes-en-voici-uneAu Togo, moins de 5% de la société civile dispose d’une couverture sociale partielle, 70% des travailleurs de la zone franche ne sont pas couverts, 90% des enseignants ne sont pas déclarés à la Caisse nationale de Sécurité sociale (Cnss) et 85% des travailleurs du secteur des mines ne sont pas épargnés.

Telles sont les statistiques révélées par l’ONG Solidarité et action développement durable (Sadd) aux médias au cours d’une conférence de presse à Lomé ce 26 décembre 2016. Le non-respect du droit à la protection sociale des artisans et travailleurs, le contrôle régulier des inspecteurs de travail et la création des conditions de déclaration des artisans et travailleurs domestiques à la Cnss sont les grands axes autour desquels s’est déroulée cette conférence.

Face à ce déficit en couverture sociale au Togo, Sadd attire l’attention des responsables de la Cnss et du ministère du Travail, de la Fonction publique et de la Reforme administrative sur la nécessité du respect du droit de tous en créant les conditions pour les artisans et travailleurs afin de se déclarer à la Cnss et de bénéficier de ses prestations.

« Nous demandons au ministre du Travail, de la Fonction publique et de la Reforme administrative de doter les inspecteurs du travail de moyen pour qu’ils puissent faire leur contrôle dans les entreprises et de trouver un moyens de les amener à ce que ces contrôles soient réguliers », a déclaré Diane Amewunu, chargée de programme à l’ONG Sadd.

Rappelons que le nouveau code du travail voté en février 2011 par l’Assemblée nationale donne la possibilité à tous les travailleurs de se déclarer à la Cnss au cas où l’employeur ne le fait pas dans les huit (8) jours qui suivent son embauche.