>

“Vous pouvez poursuivre un tailleur et obtenir un dédommagement pour ne pas avoir cousu votre tenue à temps”

Partager l'article sur :

Si votre couturier ne respecte pas le délai que vous avez convenu avec lui, vous vous réservez le droit d’intenter une action en dommages et intérêts en compensation des désagréments et de la déception subis, a révélé un professeur de droit.

Kweku Attakora Dwomoh, qui enseigne le droit à la faculté de droit de l’Université des études professionnelles, a déclaré cela dans l’émission The Law sur JoyNews le dimanche 20 novembre 2022.

Selon lui, la loi reconnaît un accord de délais entre un couturier et un client, de sorte que l’échec du couturier à exécuter sa part du marché équivaut à une violation de l’accord pour laquelle le client peut intenter un procès.

« Dans un contrat, le délai de livraison est une condition. Donc, si je vous dis que je veux une tenue le 24, même avec cela, il y a 2 points dans le contrat.

Le moment de la livraison et l’objet. Je vous dis que j’ai besoin de ma veste ou de ma robe pour Noël. Je vous dis que j’en ai besoin pour le 24.

Vous décidez de me livrer le 1er. Vous auriez violé l’accord que nous avions et l’acheteur est en droit de le rejeter », a déclaré Attakora Dwomoh.

Il participait à une discussion sur les droits d’un acheteur et a déclaré que tant l’acheteur que le vendeur ont droit à certains droits, dont la violation peut entraîner un procès.

Il a poursuivi en préconisant la création de lois plus pertinentes pour protéger les intérêts des acheteurs.

Contribuant également à la même discussion, Jude Atakora Tufuor, juriste privé et professeur de droit au Central University College, a déclaré que certaines transactions en ligne sont reconnues par la loi alors que d’autres ne le sont pas.

Il a expliqué que les transactions en ligne avec des tiers qui utilisent des plateformes comme eBay, amazon et Jumia, où le vendeur n’est pas vraiment connu mais où les paiements sont effectués et les marchandises livrées, sont également couvertes par la loi sur la vente de marchandises, alors que celles sur WhatsApp et Facebook ne le sont pas.