Tous les ans, un mois après la rentrée, c’est la même rengaine. « Les poux sont de retour », peut-on lire à l’entrée des crèches et écoles. Connu de tous, le petit parasite fait pourtant l’objet de nombreuses idées reçues. Avec les confrères de 20 Minutes démêlons le vrai du faux.

Image d’illustration

1) Avoir des poux, ça démange forcément. FAUX 

Si l’on se gratte la tête en présence de poux, c’est parce que le petit parasite injecte un anticoagulant lorsqu’il pique le cuir chevelu à la recherche de sang. Mais certaines personnes ne ressentent pas la moindre démangeaison, d’autres en subissent plusieurs jours après le début de l’infestation.

2) Les poux peuvent sauter jusqu’à un mètre de distance. FAUX Non, le pou ne bondit pas d’une tête à une autre. Il ne saute pas, ne vole pas non plus. Il s’attrape par contact direct entre cheveux, lors d’un selfie, d’un câlin ou d’une bagarre, par exemple. Les enfants, de par leurs interactions sociales (jeux, siestes, etc.), sont les plus exposés.

3) On peut attraper des poux avec des objets. VRAI

Une brosse, un casque, une écharpe, un coussin ou même un fauteuil peuvent héberger des poux tombés hors de la chevelure. Et donc favoriser leur emménagement sur une nouvelle tête. Mais la chose est peu fréquente. D’abord parce que le pou et ses œufs (lentes) restent généralement accrochés aux cheveux. Ensuite, et surtout, parce que sa durée de vie hors du crâne est limitée à 48 heures maximum.

4) Le pou se transmet à la piscine. VRAI

Si le pou ne nage pas, il est tout à fait capable de flotter et de patienter quelques heures dans l’eau jusqu’à ce qu’il retrouve un cheveu. Il se montre même résistant à l’eau chlorée. Voilà pourquoi le port d’un bonnet de bain est recommandé. Ce mode de transmission reste toutefois peut courant.

5) Les cheveux sales attirent les poux. FAUX « C’est l’idée reçue la plus répandue, constate Sébastien Barbarot, dermatologue au CHU de Nantes. Bien sûr, ça n’a rien à voir avec un défaut d’hygiène. C’est une maladie contagieuse qui touche même les gens bien propres sur eux. » Se laver les cheveux quotidiennement ou seulement une fois par mois ne change rien à l’affaire.

6) Certaines personnes ont des « têtes à poux ». FAUX et VRAI

Enfants et adultes, garçons et filles, cheveux fins et épais, secs et gras… Tout le monde est potentiellement concerné. L’influence de l’odeur corporelle ou du groupe sanguin n’a pas non plus été démontrée. En revanche, à exposition égale, il est vrai que certains individus attirent moins les poux que d’autres, sans qu’on sache véritablement l’expliquer.

7) Il y a des saisons favorables aux poux. FAUX

« Été ou hiver, il n’y a pas de saison préférentielle, affirme Sébastien Barbarot. Ce sont nos comportements qui créent les pics d’infestation. Classiquement, la rentrée marque le retour en collectivité. Les contacts sont plus nombreux, les poux passent plus facilement d’une tête à l’autre. »

8) Le pou est une bête de sexe. VRAI

On estime qu’un pou est capable de se reproduire environ une semaine après sa sortie de l’œuf. A partir de là, on ne l’arrête plus : le mâle peut féconder plus d’une quinzaine de partenaires à la suite, tandis que la femelle sera capable de pondre entre 4 et 10 œufs par jour pendant un mois.

9) Les poux transmettent des maladies. FAUX

Les poux ne sont pas porteurs de maladie infectieuse ou de virus. « Il y a des familles qui peuvent être désespérées par une infestation prolongée de poux. Mais il faut rappeler que ce n’est pas grave, cela n’entraîne pas de complication », indique le dermatologue. Dans de rares cas, le grattage du cuir chevelu peut provoquer des lésions infectées.

10) Les poux sont de plus en plus résistants. VRAI

« Le pou est un parasite qui existe depuis des milliers d’années, explique Sébastien Barbarot. Il est parfaitement adapté à l’homme. Avec le temps, il y a eu des résistances aux anti-parasitaires qui se sont développées. Certains produits sont moins ou ne sont plus efficaces, en particulier contre les lentes. C’est un vrai problème. »

11) Il existe des recettes de grands-mères qui marchent. VRAI

Vinaigre blanc, jus d’oignon, jus d’ail, huile essentielle de lavande (diluée) ou huile essentielle d’arbre à thé affichent une certaine efficacité. Des corps gras, comme la mayonnaise, le gel ou, mieux, l’huile de coco ont aussi la capacité d’asphyxier les poux à l’issue d’une application prolongée. Le bicarbonate de soude, lui, aide à décoller les lentes. En revanche, le coca-cola, la bière, le rhum sont sans effet. « L’alcool en grande quantité peut passer à travers la peau, alerte le dermatologue. L’insecticide est également à proscrire. Les conséquences peuvent être bien plus graves que le problème des poux lui-même. »

12) Attraper des poux est inévitable en collectivité. FAUX

« La prévention est la meilleure façon d’éviter l’infestation, considère le centre anti-poux Kid’s poux. Les conseils c’est de s’attacher les cheveux serrés (pas de couette ou queue-de-cheval), d’éviter les casques et bonnets de location et, bien sûr, de faire attention aux comportements à risque (selfies…). On conseille également de passer un peigne à pou régulièrement. »

13) Lisser ou teindre ses cheveux est efficace. VRAI et FAUX

Le fer à lisser, s’il est maintenu plus de 30 secondes sur le cheveu, grillera les poux. Mais la plupart des lentes, accrochées à la racine, lui échapperont. Les teintures à base d’ammoniaque tuent pou et lentes, mais elles sont de moins en moins utilisées en raison de leur nocivité.

14) Il existe un médicament contre les poux. VRAI

L’ivermectine, qui agit en bloquant les neurotransmissions des invertébrés, a fait ses preuves. « C’est un traitement qui n’a pas l’autorisation de mise sur le marché mais qu’on utilise contre la gale, explique Sébastien Barbarot. Il a fait l’objet d’une étude très sérieuse qui a montré que l’ivermectine administré par la bouche pouvait traiter des formes très résistantes d’infestation de poux. C’est donc une possibilité, sur prescription médicale uniquement, en cas d’échec de tous les traitements locaux. »

15) On peut attraper des poux sur le reste du corps. VRAI

« ll y a des poux qui peuvent infecter le corps, qu’on appelle pediculus corpuris. Il y a aussi des poux qui peuvent affecter les poils pubiens, qu’on appelle communément morpions. C’est la grande famille du pou mais ce n’est pas exactement les mêmes que ceux du cheveu, qu’on appelle pediculus capitis. » Les poux de corps touchent essentiellement les personnes en manque d’hygiène. Les poux pubiens s’attrapent lors de contacts intimes.

 

Avec 20minutes.fr