Walys 2016 : pour donner du répit aux pirogues

Le chômage, l’instabilité politique, et la guerre sont, entre autres, les raisons évoquées  pour justifier l’immigration clandestine. Malgré les chiffres avancés par l’Organisation internationale pour les migrations (plus de 22.000 migrants disparus dans la Mer Méditerranée à bord des embarcations de fortune, notamment les jeunes, ces cinq dernières années), et les initiatives prises pour dissuader la traversée, la tendance n’est pas baissière.

À cet effet, des jeunes africains eux-mêmes, les premiers touchés, s’engagent pour informer et sensibiliser leurs congénères sur la question et trouver conjointement des alternatives durables à ce fléau. C’est dans ce cadre que s’est ouvert ce mardi 6 septembre à Lomé, et ce, pour trois jours, la deuxième édition du Sommet des jeunes leaders de l’Afrique de l’Ouest (Wayls). Il réunit une centaine de jeunes venus des quinze (15) pays de la CEDEAO.

Pour Elom Attisogbé, Président du Comité d’organisation, la question du chômage est l’une des raisons évoquées. « Il va falloir donc leur donner des moyens, les outiller et leur mettre à disposition des informations devant les aider à créer des entreprises pour que nous puissions bâtir l’Afrique de nos rêves, conformément à l’agenda 2063 de l’Union africaine. »

Durant ces trois jours, il sera également question de débattre des causes profondes de l’immigration clandestine, de relever les conséquences pour l’Afrique ; et de proposer des pistes de solution aux différents gouvernements africains, qui participeront au prochain Sommet de l’Union africaine sur la sécurité maritime qu’abrite la capitale togolaise du 11 au 15 octobre prochains.

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Apple : une solution innovante à l’image de Google Traduction sur iPhone